A la une >>

Aménagement et urbanisme

Vivapolis

Publié le mardi 27 septembre 2016

Découvrir Vivapolis en quelques questions

15 juin 2016 | Mis à jour le 25 juillet 2016

Quelle est la mission du réseau Vivapolis ?

Vivapolis vise à fédérer les acteurs publics et privés français qui travaillent à la conception, à la construction et au fonctionnement de la ville durable, sur le territoire national mais aussi à l’étranger, pour leur permettre d’être individuellement et collectivement plus efficace dans leur démarche et leur action grâce à une meilleure synergie.

Qui peut être membre du réseau Vivapolis ?

Le réseau a vocation à réunir tous les acteurs publics (Etat, collectivités territoriales, agences et organismes publics nationaux ou locaux) ou privés (entreprises, organisations professionnelles, associations…) qui souhaitent participer activement aux activités et aux réflexions partenariales et collaboratives portées par le réseau. La participation est gratuite mais nécessite un engagement de chaque membre à s’impliquer dans les travaux du réseau.

Quels sont les principes de fonctionnement du réseau Vivapolis ?

Le réseau Vivapolis ne doit pas être « un acteur de plus » dans le domaine de la ville durable mais au contraire permettre à tous les acteurs du domaine de se rencontrer et de savoir ce que font les autres acteurs.

Cet échange doit en effet permettre d’éviter les doublons, de donner à chacun la possibilité d’être plus performant en ayant une meilleure visibilité de l’intérêt de sa propre action, d’identifier collectivement les sujets et les actions qui ne sont actuellement pas suffisamment développés.

Dans cette dernière hypothèse, l’action du réseau doit reposer sur la subsidiarité : il ne prendra en charge le sujet ou l’action que s’ils ne relèvent pas déjà des compétences d’un membre du réseau ou si celui-ci ne veut/peut pas les prendre en charge.

Quels sont les thèmes de travail ?

Dans un premier temps, les thèmes de travail prioritaires sont :

  • l’innovation, à travers les nombreuses initiatives qui sont lancées dans ce domaine, notamment les démonstrateurs industriels de la ville durable présentés le 25 mars 2016, mais aussi les actions soutenues par le programme des investissements d’avenir ou ceux de la solution « ville durable » de la Nouvelle France Industrielle par exemple ;
  • l’action internationale, pour faire connaître et défendre le savoir-faire français ainsi que les politiques publiques nationales et territoriales en matière de ville durable, tant dans les grandes manifestations internationales comme la COP ou Habitat III qu’à l’exportation.

De manière transversale, le réseau travaillera à la valorisation des actions menées par ses membres.

Quelle sera la forme des actions du réseau ?

Les actions du réseau peuvent prendre des formes très différentes, notamment :

  • des échanges d’informations entre les membres ou avec des acteurs extérieurs, dans des réunions régulières ou ad hoc, en fonction des besoins et de l’actualité ;
  • des actions opérationnelles pour apporter un service aux membres du réseau (agenda des grandes manifestations, calendrier des appels à projets français et internationaux sur la ville durable, atelier de formation …) ;
  • des groupes de travail pour approfondir un sujet et trouver des solutions aux problèmes que rencontrent les membres du réseau ;
  • la production de documents, sous des formes diverses (papier, vidéo, numérique…), pour valoriser les expériences et les expertises françaises.

Quel est le mode de fonctionnement du réseau ?

La ministre de l’environnement, de l’énergie et de la mer, Ségolène Royale, et la ministre du logement et de l’habitat durable, Emmanuelle Cosse, ont demandé à Michèle Pappalardo d’animer et de coordonner ce réseau (lettre de mission du 18 mars 2016).

Elle s’appuiera sur une gouvernance à trois niveaux :

  • un bureau de 5 à 6 personnes, réunissant régulièrement les animateurs des grandes thématiques (innovation, exportation, communication/valorisation…) ; ces animateurs seront des membres du réseau Vivapolis, appartenant aux différentes catégories de membres, qui auront accepté de s’impliquer dans cette responsabilité d’animation ;
  • un comité de pilotage qui se réunira au moins 3 fois par an pour arrêter le programme d’actions du réseau, et suivre sa mise en œuvre ; il sera composé d’une trentaine de personnes représentant les ministères et les agences impliqués dans le réseau ainsi que les réseaux membres de Vivapolis, réunissant tant des collectivités territoriales que des entreprises ou d’autres types d’acteurs, afin que soient représentées toutes les catégories de membres et toutes les activités relatives à la ville durable ;
  • une assemblée plénière des membres du réseau une fois par an.

Quels sont les moyens de fonctionnement du réseau ?

Les ministères doivent apporter les moyens utiles pour constituer une équipe de quelques personnes qui assurera le secrétariat du réseau.

Les autres moyens seront apportés par les membres du réseau soit directement (participation d’experts, mise à disposition de moyens logistiques, salles, etc.), soit à travers la participation à l’association « Vivapolis, institut de la ville durable » qui facilitera la mutualisation des ressources des membres du réseau qui veulent participer au financement de ses actions et à la valorisation de ses travaux, comme l’indique la lettre de mission du 18 mars 2016 et les statuts de l’association.

Quelles sont les premières actions du réseau en 2016 ?

Thématique innovation

  • réunions en avril, juillet, octoibre et décembre pour suivre la démarche des démonstrateurs industriels de la ville durable et approfondir des thématiques concernant l’innovation ;
  • mise en place d’un agenda des appels à projets français et européens sur le thème de la ville durable et d’un dispositif destiné à la réponse des acteurs ;
  • 3 ateliers d’information/formation/accompagnement consacrés aux programmes européens en matière de ville durable.

Thématique internationale

  • développement de l’action à l’exportation du réseau Vivapolis, lancé en septembre 2013 ;
  • participation à l’organisation de la présence française en matière de ville durable pour Habitat III (Quito, octobre 2016) et la COP 22 (Marrakech novembre 2016).

Thématique valorisation

  • préparation par des groupes de travail de documents de valorisation de l’expérience française en vue de la COP 22 sur les thèmes suivants : innovations énergétiques, mobilités durables, économie circulaire, nouveaux services urbains, développement des plateformes numériques, participation citoyenne aux nouvelles formes de gouvernance.