A la une >>

Visite du recueil social de la RATP : une mobilisation quotidienne pour les personnes sans abri

4 août 2016 | Mis à jour le 17 octobre 2016

Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, a visité mercredi 3 août le dispositif de recueil social mis en place par la RATP. Au côté d’Elisabeth Borne, P-DG de la Régie, elle a salué l’action menée par les personnels volontaires au service des plus démunis et a rappelé la mobilisation du gouvernement pour développer une offre de d’hébergement et de logement digne, pour tous, tout au long de l’année.

Le recueil social : le dispositif de prise en charge des sans abri par la RATP

Le dispositif de recueil social, entièrement géré par la RATP, vient en aide aux personnes sans abri en situation d’exclusion dans les réseaux de transports. Chaque jour, en maraudes, les équipes du recueil social leur apportent une première assistance et les accompagnent vers des structures d’accueil si elles le souhaitent (accueil de jour, hôpital…).

A Charenton-le-Pont, le centre d’accueil de jour « Liberté », ouvert par la RATP en partenariat avec Emmaüs Solidarité, offre aux personnes sans abri rencontrées dans les couloirs de métro un lieu de resocialisation et de repos.

En présence d’Élisabeth Borne, Présidente-Directrice-générale de la RATP, Emmanuelle Cosse a salué le travail accompli par le personnel volontaire, tout au long de l’année.

L’Etat mobilisé pour un hébergement digne, pour tous

Depuis 2012, le gouvernement se mobilise sans relâche pour accueillir les personnes en situation de grande précarité : en Île-de-France, ce sont chaque jour 80 000 personnes qui sont accueillies dans le parc d’hébergement et de logement financé par l’Etat.

Au niveau national, on recense 115 000 places pérennes d’hébergement ouvertes toute l’année (en centre d’hébergement et de réinsertion sociale, en hébergement d’urgence ou à l’hôtel), contre seulement 81 960 en 2012. Cet effort d’accueil est d’ailleurs déployé envers tous les publics (personnes sans abri, migrants) sans concurrence ni exclusivité.

Au-delà des solutions d’hébergement, l’Etat s’efforce de développer également des dispositifs d’accompagnement social et médical pour les personnes hébergées, afin d’améliorer leur situation d’une manière la plus durable possible. C’est grâce à une collaboration au quotidien avec des professionnels et de nombreuses associations de bénévoles que ce travail peut être mené non seulement en situation d’urgence, mais aussi sur la durée, tout au long de l’année.

L’hébergement : de l’urgence au logement

Retour en images


Crédits photo Une : RATP