A la une >>

Visite de Cécile Duflot dans un centre d’hébergement installé dans les anciens locaux de l’Institut national de la propriété industrielle

20 décembre 2013

Dans le cadre de la mobilisation générale des immeubles vacants lancée pour faire face au manque de places, Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, a visité un centre d’hébergement, géré par l’association Aurore.


Ce centre a ouvert ses portes début 2013 dans un bâtiment du ministère de l’Économie et des Finances, mis à disposition par l’État et situé au 26 bis rue de Saint-Pétersbourg, à Paris 8ème. La soixantaine de bureaux vides a été réaménagée et accueille désormais 120 personnes, essentiellement des familles, tout au long de l’année.
Ce lieu est une illustration de la double ambition du Gouvernement : rompre avec la gestion saisonnière de l’hébergement d’urgence et permettre à tous d’accéder durablement à un logement digne et adapté. Un objectif ambitieux demande du temps et sera progressivement atteint dans le cadre de la mise en œuvre du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale adopté le 21 janvier 2013.
Il passe d’abord par un renforcement des capacités d’accueil sans précédent : sur la seule année 2013, 7 033 places d’hébergement d’urgence et 7 630 places en logement adapté ont été créées.
Par ailleurs, un changement de méthode est engagé. Le 21 novembre, Cécile Duflot a ainsi adressé aux préfets une instruction leur indiquant comment mettre en œuvre, dans les territoires, la sortie de la gestion saisonnière dans le respect des principes de continuité de prise en charge et d’inconditionnalité de l’accueil inscrits dans la loi.
Désormais, l’ouverture de capacités temporaires de mise à l’abri ne doit plus être déclenchée suite à la seule chute des températures durant l’hiver, mais ces places devront être mises à disposition à tout moment de l’année quand les circonstances locales l’exigent. Les leviers d’action qui étaient auparavant mobilisés à la sortie de l’hiver (toute la palette d’offre d’hébergement, de logement accompagné et de logement) doivent l’être désormais tout au long de l’année, afin de sortir des dispositifs d’hébergement les ménages pouvant entrer dans un logement.
Quant au recours aux nuitées hôtelières, il devra être limité, en particulier dans les zones peu tendues, où il existe des logements disponibles. Ces logements vacants devront être mobilisés et utilisés comme alternative aux nuitées hôtelières, de façon à offrir des conditions d’accueil plus adaptées aux besoins des ménages jusque-là hébergés en hôtel, les familles avec enfants notamment.


Le communiqué de presse : Visite de Cécile Duflot dans un centre d’hébergement installé dans les anciens locaux de l’Institut national de la propriété industrielle (PDF- 64.4 ko)