A la une >>

Une approche spécifique pour les territoires de montagne 

15 septembre 2014 | Mis à jour le 12 mars 2015

16-17 octobre 2014, à Chambéry (73).
En présence de Manuel Valls, Premier ministre, de Sylvia Pinel, ministre du logement, de l’égalité des territoires et de la ruralité, de Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la forêt, de Marylise Lebranchu, ministre de la décentralisation et de la fonction publique, et d’André Vallini, secrétaire d’État chargé de la réforme territoriale.

Enjeux 

La montagne n’est pas unique, les massifs ont des spécificités propres qui induisent des modèles de développement différenciés d’un territoire à l’autre, s’appuyant sur leurs atouts et leurs potentialités. Les territoires des six massifs montagneux métropolitain, comprennent 6 249 communes, 48 départements et 12 régions, auxquels s’ajoutent trois massifs ultra-marins. Ces espaces couvrent ainsi 22,3% du territoire métropolitain et accueillent plus de 8 millions d’habitants.

Les politiques publiques nationales comme locales doivent avoir pour objectif de faciliter la recherche d’opportunités de développement en favorisant les démarches de valorisation des ressources naturelles et économiques des territoires et en corrigeant les conséquences des contraintes naturelles et socioéconomiques. Elles nécessitent la mise en œuvre de processus de solidarité nationale mais s’appuie également sur les solidarités territoriales et économiques que les acteurs publics et privés tissent entre eux, et sur le développement d’une véritable coopération intercommunale de projet.

Elles se doivent d’être particulièrement coordonnées car toutes les dimensions sont en lien étroit : l’aménagement du territoire et les infrastructures d’accès et de communication, la protection de la nature, l’agriculture, la forêt, l’artisanat et les activités économiques, les ressources énergétiques, le tourisme,…
Les politiques d’accueil de nouvelles population et activités, comme de maintien de celles présentes, sont au coeur des projets de territoire. Elles s’appuient sur le développement des services et des infrastructures (notamment le haut débit). A ce titre, le tourisme s’avère le plus souvent indispensable puisqu’il contribue, au-delà des ressources qu’il représente, à maintenir des services publics de proximité et à développer des équipements culturels et de loisirs, dont bénéficient également la population permanente de territoires éloignés des grands centres urbains, voire isolés ou enclavés.

L’atelier « Une approche spécifique pour les territoires de montagne » se tiendra dans le cadre du congrès de l’association nationale des élus de la montagne (ANEM) qui se tiendra les 16 et 17 octobre à Chambéry. Le Premier ministre, Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Egalité des territoires, et de la Ruralité, ainsi que Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agro-alimentaire et de la Forêt, porte-parole du gouvernement, et André Vallini, secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, auprès de la ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, seront présents au congrès, pour évoquer les enjeux spécifiques de ces territoires et commémorer les 30 ans de la loi Montagne.

Table ronde 

Intitulée « Quels services au public, avec quels moyens pour la montagne demain ? », une table-ronde inscrite dans les Assises des ruralités est organisée pour :

  • Exposer et débattre des moyens à développer pour garantir de manière effective la proximité des services publics et au public en territoire de montagne ;
  • Faire un point sur l’apport du très haut débit et les expérimentations en cours, dans le domaine du tourisme notamment.

Participants 

Représentants du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), Caisse des dépôts et consignations, représentants d’opérateurs de services publics et au public.