A la une >>

Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

3 février 2015 | Mis à jour le 22 mai 2015

A l’occasion de la présentation du 20e rapport sur « l’état du mal-logement en France » réalisé par la Fondation Abbé Pierre, le 3 février, Sylvia Pinel a détaillé le plan triennal engagé par le gouvernement pour réduire le recours aux nuitées hôtelières. Objectif : mettre fin à l’augmentation constante de l’hébergement à l’hôtel, et offrir aux familles des conditions d’hébergements plus dignes et mieux adaptées à leurs besoins.


Le plan a pour objectif d’ici 2017 de :

  • Créer 13 000 places en dispositifs alternatifs sur trois ans, en réorientant les crédits destinés à financer de nouvelles nuitées hôtelières :

> 9000 places en intermédiation locative (comme Solibail ) ;
> 1 500 places en logement adapté (pensions de familles ou maisons-relais) ;
> 2 500 places d’hébergement dans des centres dédiés aux familles ou dans des logements sociaux vacants.

  • Proposer des hébergements alternatifs aux 6000 demandeurs d’asiles actuellement hébergés à l’hôtel ;
  • Renforcer l’accompagnement social des personnes actuellement hébergées à l’hôtel.

Ces mesures importantes, qui rompent avec la logique qui a toujours prévalu de gestion dans l’urgence de la précarité, permettront un accueil digne des plus démunis, premier pilier de l’action pour le logement et la construction menée par le Gouvernement. « Le recours à l’hôtel doit devenir une exception et non plus la norme. Cette solution d’hébergement d’urgence n’est pas adaptée aux besoins des ménages. Mon objectif est de substituer à l’hôtel des dispositifs alternatifs réellement capables de répondre de manière globale aux difficultés des personnes accueillies. », a déclaré Sylvia Pinel lors de son intervention.

Les actions engagées pour l’hébergement et le logement des personnes démunies

> Adapter l’offre d’hébergement et de logement dans les territoires

L’évaluation des besoins dans chaque département des personnes démunies, via les diagnostics « territoriaux 360° » permettra de mettre en place dans chaque territoire des solutions adaptées.
Par ailleurs, des plans départementaux d’accès au logement et à l’hébergement des personnes défavorisées (PDALHPD) seront élaborés en 2015, afin de mettre en œuvre, au plan territorial, une politique allant de l’hébergement d’urgence à l’accès au logement et qui prend en compte les situations spécifiques des personnes.

> Développer le parc de logements très sociaux

L’offre de logements sociaux et très sociaux est nécessaire pour mettre en place des parcours d’insertion vers le logement. Aussi, le Gouvernement :
- crée 15 000 logements supplémentaires à très bas niveau de loyer (super PLAI) dans les trois prochaines années, en accord avec le mouvement HLM ;
- produit 3 000 logements très sociaux (PLAI adapté) par an dès 2015, en plus des 2000 en 2014 ;
- développe 10 000 logements sociaux accompagnés réservés aux ménages cumulant des difficultés financières et sociales, dans le cadre du Pacte Etat/USH.

> Mobiliser le parc privé à des fins sociales

Au-delà de la construction de logements très sociaux, le développement de l’intermédiation locative est primordial pour permettre à des personnes rencontrant des difficultés sociales et/ou financières d’accéder à un logement stable.

> Relancer la construction

Les mesures de relance de la construction annoncées par le Gouvernement contribueront à construire plus de logements, adaptés et diversifiés, fluidifiant ainsi les parcours résidentiels de tous.

> Réhabiliter les centres d’hébergement

Afin de renforcer la qualité de l’accueil et des infrastructures, pour aller vers des centres à taille humaine et où les personnes se sentent bien, le gouvernement a lancé, avec l’agence nationale de l’habitat (Anah), un programme de réhabilitation des centres. En 2014 : 600 places (au sein de 18 centres) ont bénéficié de cette action. En 2015 : 1 000 places seront réhabilitées.

L’exemple du Centre d’hébergement et de réinsertion sociale « La Charade » géré par l’association LAHSo

Sylvia Pinel s’est rendue le 4 février à Lyon pour visiter un centre d’hébergement géré par l’association LASho, qui fait un travail diversifié en matière de lutte contre l’exclusion. L’association gère trois centres d’hébergement sur la région lyonnaise et participe au dispositif hivernal à travers l’expérimentation d’un acceuil de jour pour familles.

Le Centre d’hébergement et de réinsertion sociale, "La Charade", accueille des femmes avec leurs enfants en difficultés sociales et/ou familiales, les héberge et les accompagne dans le cadre d’un suivi social global et individualisé. 

Les familles sont adressées par la Maison de la veille sociale afin qu’elles retrouvent la maîtrise de leurs responsabilités sociales et familiales ainsi que l’accès à un logement autonome. 

D’une capacité d’hébergement de 70 personnes "La Charade" acceuille actuellement 22 foyers composés de mères seules et de 48 enfants. 


Crédits photo Une : Arnaud Bouissou/MEDDE.