A la une >>

Sortie du dispositif hivernal : vers une réorientation de l’hébergement d’urgence

4 avril 2013 | Mis à jour le 16 avril 2014

Jean-Marc Ayrault, Cécile Duflot et Marie-Arlette Carlotti ont visité, le 4 avril 2013, le centre d’hébergement d’urgence situé rue Mouzaïa, dans le XIXe arrondissement de Paris. Ce lieu, qui est géré par l’Armée du Salut et sera désormais ouvert toute l’année et non plus durant la seule période hivernale, est exemplaire de la politique du gouvernement en faveur des personnes sans abri ou mal logées.

Une nouvelle gestion du dispositif hivernal

Face à une augmentation sensible du nombre de demandes d’hébergement, l’État a mené depuis plusieurs mois une mobilisation exceptionnelle, guidée par le souci de pouvoir proposer des conditions d’hébergement de qualité.

Ainsi, sans attendre une baisse des températures, les places d’hébergement d’urgence « hiver » ont été ouvertes plus tôt, et en plus grand nombre que l’année précédente. Cet effort a permis d’héberger, dès le début du mois de novembre, 20 % de personnes en plus par rapport à novembre 2011, et ce chiffre s’est élevé à 56 % au plus fort de l’hiver.

Pour augmenter la capacité d’accueil, le gouvernement a mobilisé des sites de l’État, déjà utilisés l’an dernier, tels que le centre d’hébergement d’urgence Mouzaïa (Paris XIXe), qui accueille aujourd’hui 120 personnes et va rester ouvert toute l’année. De nouveaux bâtiments, appartenant à l’État ou à des entreprises publiques, ainsi que des chambres vacantes en foyers ont également été mobilisés. Et pour répondre aux demandes d’hébergement émanant de familles avec enfants, qui ont connu une forte hausse cette année, l’État a ouvert des centres d’hébergement adaptés aux besoins des familles, afin d’éviter de les orienter vers des nuitées hôtelières.

Par ailleurs, afin d’anticiper le mieux possible la fin du dispositif hivernal, le gouvernement a demandé, dès fin 2012, aux préfets de région, de réunir autour d’eux les acteurs de l’hébergement et du logement sur leur territoire afin d’élaborer des projets territoriaux de sortie de l’hiver. Cette méthode inédite a pour priorité d’assurer la continuité de la prise en charge et éviter les remises à la rue.

Rompre avec la gestion au « thermomètre »

Le gouvernement a comme priorité de transformer structurellement la politique conduite en direction des personnes sans abri ou mal logées, aujourd’hui trop guidée par l’urgence. Il souhaite orienter la politique d’hébergement vers l’accès au logement et construire un dispositif d’accueil à la fois pérenne et souple, qui permette de fournir des réponses adaptées aux besoins dans chaque territoire et tout au long de l’année.

La volonté du gouvernement de rompre avec la gestion saisonnière s’accompagne du renforcement des capacités d’accueil afin de répondre aux demandes, et du développement de l’accompagnement vers et dans le logement, dans une approche articulée entre les différents champs de l’inclusion sociale.

<table

Le renforcement des capacités d’accueil pour 2013

  • 6 800 places d’hébergement d’urgence pérennisées ou créées ;

  • 3 000 places de centres d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) créées en 2013 et 1 000 en 2014 ;

  • 7 900 places en logement adapté créées en 2013