A la une >>

Aménagement et urbanisme

Solar Décathlon Europe 2014

Publié le mercredi 18 juin 2014

Créé en 2002 par le Département de l’énergie des États-Unis, le Solar Decathlon est une compétition internationale ouverte aux universités et aux grandes écoles, qui leur permet de se mesurer autour d’un défi : « Concevoir et construire une maison solaire autonome en énergie ». Elle a lieu tous les 2 ans aux États-Unis, les années impaires. Depuis 2010, cette compétition est également organisée en Europe les années paires. Après Madrid en 2010 et 2012, c’est Versailles qui accueillera la manifestation entre le 28 juin et le 14 juillet 2014. L’évènement, en plus d’être un rendez-vous de l’innovation, a pour objectif la sensibilisation du grand public sur le logement de demain, par la découverte de nouvelles technologies qui équiperont nos villes, nos quartiers et nos habitats dans quelques années.

20 équipes en compétition

17 juin 2014 | Mis à jour le 18 juin 2014

Les organisateurs ont sélectionné les 20 meilleurs projets émanant de 16 pays et 3 continents.
Venant du monde entier, les équipes ont 18 mois pour concevoir, construire, transporter leur prototype jusqu’à La Cité du Soleil à Versailles, et le finaliser sur place.

20 équipes en compétition


Carte des équipes participantes

Carte des équipes participantes


Photo de groupe des équipes participantes

Photo de groupe des équipes participantes

Crédits illustrations : Solar Decathlon Europe 2014

Zoom sur les équipes françaises

La France présente 2 équipes nationales (Atlantic Challenge, et Team Paris), et prend part à 2 autres équipes plurinationales (Team Fenix avec le Chili, et Team Réciprocité avec les États-Unis).

Équipe Atlantic Challenge : un bâtiment performant dans une ville fertile.
L’équipe Atlantic Challenge regroupe des étudiants de l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes, de l’école supérieure du bois, de l’institut supérieur de santé et des bioproduits d’Angers, de l’université de Nantes, de l’école de design Nantes Atlantique et de Sciences com.
L’équipe a choisi comme base de son projet un bâtiment industriel ancien de la ville de Nantes et son espace vert adjacent, afin d’illustrer un concept de ville fertile. Le projet vise à réhabiliter cet ancien immeuble de bureau créé par l’ingénieur français Hennebique, en mettant l’accent sur l’utilisation de l’espace et l’efficacité énergétique. Parallèlement, une ferme pédagogique doit être installée sur l’espace vert. Elle sera le point de départ d’un vaste programme de fertilisation du territoire. L’objectif du projet est d’incorporer dans le cadre urbain de Nantes une activité agricole, aux côtés du travail, des relations socioculturelles et des activités déjà existantes. L’équipe nantaise Atlantic Challenge relève ainsi un défi : mettre à niveau, moderniser et renforcer la métropole de Nantes.

Team Paris : un projet d’habitat mobile.
Cette équipe est composée d’étudiants de l’école nationale supérieure d’architecture Paris Malaquais, de l’école supérieure d’ingénieurs en électrotechnique et électronique de Paris, de l’école spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie, de l’université Paris Est, de Chimie Parsitech ainsi que de l’école nationale des sciences géographiques.
Inspirée par les systèmes du Velib et de l’Autolib installés ces dernières années dans la capitale française, l’équipe Team Paris projette de construire un complexe résidentiel composé de deux entités : un hub multifonctionnel détenu et géré par la ville et des capsules d’habitation privées mobiles. Le hub est une tour fournissant l’électricité, la chaleur, la ventilation et assurant la gestion des déchets et de l’eau sur laquelle viennent se greffer plusieurs modules de logements individuels. Ces capsules sont branchées au hub et sont ainsi alimentées par les ressources partagées fournies par la tour principale. Ce concept de Livelib favorise l’utilisation de technologies vertes et surtout les rend accessibles au plus grand nombre grâce à des coûts allégés du fait de la mutualisation des infrastructures. Ce concept d’habitation en plug-in facilite la mobilité des habitants, leur offrant une solution de déménagement rapide et économe.

Team Fenix : faire face aux catastrophes naturelles majeures.
Cette équipe franco-chilienne est composée d’étudiants de l’Université Technique Federico Santa Maria de Valparaiso et de l’Université de La Rochelle.
Le projet de cette équipe est une réponse à la menace constante de tremblement de terre. Les séismes se traduisent par des coûts sociaux et économiques dramatiques et l’augmentation du nombre de sans-abris. Le projet Casa FENIX – For Emergency Natural Impact eXtreme – veut s’attaquer à ce problème. Il consiste en une solution modulaire construite initialement sous la forme d’un abri d’urgence qui se transforme ensuite en habitat permanent inséré dans un nouvel ensemble urbain durable. Il vise à répondre aux conditions climatiques et environnementales spécifiques du Chili qui varient fortement du nord au sud. Le prototype sera composé d’éléments transportables, préfabriqués au Chili et faciles à assembler in situ afin de maximiser la rapidité d’assemblage. Le projet élargit la question de l’habitat familial à celle de la communauté et formule des solutions à l’échelle d’un village intégrant les problématiques de mutualisation des ressources en eau et en énergie, des solutions de transport, de la mise en place d’une école et d’un dispensaire.

Team Reciprocité : innovation et nouveaux types urbains.
Cette équipe franco-américaine est composée d’étudiants de l’Université d’Angers et de l’Appalachian State University.
Son projet entend trouver un équilibre entre des éléments souvent antinomiques tels que l’intimité et les interactions sociales, l’esthétique et la performance, le design et la construction, l’espace et les systèmes. Son objectif est de créer un environnement ouvert et réglable qui peut évoluer au fil du temps afin de répondre aux besoins des habitants. La densité, la flexibilité et la personnalisation sont les éléments phares du prototype dont la principale ambition est de parvenir à une offre universelle, à l’échelle régionale, grâce à des solutions de logement social qui sont intelligentes, adaptables, abordables et économes en énergie. Pour ce faire, l’équipe franco-américaine propose de réinterpréter le modèle de la maison en bande qui constitue à ses yeux un bon compromis entre l’habitat individuel et l’habitat collectif adaptable dans les contextes français aussi bien que nord-américain.