A la une >>

Présentation de l’économie de la construction

21 octobre 2013 | Mis à jour le 6 mars 2014

La dimension économique du secteur de la construction peut notamment être étudiée selon les axes du financement des opérations et de la connaissance des coûts.

L’estimation des coûts d’un projet de construction ou de réhabilitation lors de sa conception ou sur toute sa durée de vie et l’évolution des coûts de construction à grande échelle constituent des déterminants fondamentaux de la connaissance de l’économie de la construction.
Le coût de la construction

L’indice du coût de la construction (ICC) permet de suivre l’évolution des prix des marchés de construction des logements neufs. Cet indice permet d’actualiser les coûts définis par le passé. Cette actualisation intervient notamment dans la définition de seuil d’obligation de travaux dans certaines réglementations.

Le coût global

L’opportunité d’un projet et son financement peuvent nécessité l’élaboration d’outils d’aide à la décision à destination des maîtres d’ouvrage particuliers ou des promoteurs constructeurs. Ces outils permettent de trouver un compromis entre aspects techniques et aspects financiers au moment de la programmation du projet de construction ou de réhabilitation mais également de réfléchir à l’ensemble des coûts liés au bâtiment sur sa durée de vie. L’approche en coût global constitue l’un de ces outils.

Le financement et les modes de montage des projets de construction ou réhabilitation constituent les conditions sine qua non de la faisabilité des projets et de développement de la filière.

Le financement du logement social

Le ministère contribue au développement de l’offre de logement social en finançant les projets des bailleurs sociaux. Afin d’aider ces derniers dans leurs démarches mais également les instructeurs de dossiers de subvention des logements sociaux, différents documents sont mis à leur disposition. Le guide de la surface utile est un de ces documents. Il décrit en autres les calculs des subventions et des loyers maximaux.

Les montages d’opérations

Les montages d’opérations publiques sont basés sur une ingénierie financière permettant de donner naissance à des projets de construction ou de rénovation de bâtiments.

Les montages traditionnels d’opérations publiques s’inscrivent dans le cadre de la loi relative à la maîtrise d’ouvrage publique et à ses rapports avec la maîtrise d’œuvre privée (loi MOP) et dans celui du code des marchés publics. Ils reposent sur des investissements financiers à la charge de la personne publique seule.

Toutefois, de nouveaux montages reposant sur des partenariats public-privé permettent de faire appel à une personne privée pour assumer tout ou partie de l’investissement initial, en contrepartie de loyers, occupation du domaine public, et génération de recettes annexes.

La législation a en effet développé des outils juridiques permettant aux maîtres d’ouvrages publics - Etat et collectivités - de contractualiser avec des personnes privées pour financer et gérer leurs investissements, et pour construire, gérer, entretenir et maintenir des bâtiments ou des ouvrages publics sur le moyen et le long terme. De tels montages ouvrent donc la voie à des modes de financement innovants permettant de faire émerger des projets immobiliers publics, dans lesquels personne privée et personne publique y trouvent chacun leur intérêt.