A la une >>

Première réunion de travail du Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Energétique

25 juin 2015

Le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Energétique, installé le 15 juin dernier par Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, a tenu hier sa première réunion de travail.

Le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Energétique, installé le 15 juin dernier par Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, a tenu hier sa première réunion de travail.

Cette instance reflète la volonté du Gouvernement et de la filière de moderniser la concertation et la gouvernance pour relancer la construction et améliorer le cadre de vie des ménages. L’objectif est de répondre aux enjeux de la régulation normative, de la transition énergétique et de la réduction des coûts de construction tout au long du cycle de vie du bâtiment.

Christian BAFFY, président du conseil, en a rappelé les trois grandes orientations  :
- émettre un avis consultatif sur les projets de textes législatifs et réglementaires concernant le bâtiment ;
- associer en amont le conseil sur les orientations stratégiques de politiques publiques relatives au secteur ;
- impulser des sujets de réflexion pour moderniser la filière et mieux répondre aux enjeux de construction et de rénovation, en assurant une meilleure qualité et des coûts réduits.

Lors de cette première réunion de travail, le conseil a examiné les premiers textes qui portaient notamment sur des mesures de simplification, qui avaient été élaborées conjointement avec la filière du bâtiment.
Sur les questions relevant de la transition énergétique, et notamment la prise en compte du carbone et de l’environnement dans la réglementation du bâtiment, le conseil souligne la nécessité d’un calendrier raisonnable, prenant en compte la soutenabilité économique et l’appropriation par les acteurs.

Le conseil retient trois sujets de réflexion essentiels pour la filière du bâtiment :
- la réduction des coûts de construction ;
- la régulation du flux et la gouvernance des normes volontaires ;
- le poids des formations obligatoires.
Ces trois sujets feront l’objet de rapports et de propositions d’évolution.

Christian Baffy a précisé que « ce conseil, qui est la première instance nationale réunissant l’ensemble des acteurs de la filière, ne doit pas devenir un « machin en plus », mais être un organe opérationnel de concertation et de propositions. Et j’y veillerai ».

Contact presse :
Direction de la Communication - Bureau presse : 01 40 81 18 07