A la une >>

Bâtiment et construction

Les rendez-vous du patrimoine

Publié le mercredi 7 septembre 2016

[5/5] L’avènement des Grands ensembles (1951-1970)

7 septembre 2016 | Mis à jour le 17 octobre 2016

Le ministère du Logement et de l’Habitat Durable vous propose une série de cinq rendez-vous consacrée à son patrimoine photographique, enrichi de réalisations cinématographiques d’époque, produites ou co-produites par le ministère. Ces archives photographiques et historiques portent un témoignage unique sur les missions du ministère : la reconstruction, la construction et le logement en France.

L’avènement des Grands ensembles (1951-1970)

Au sortir de la guerre la France doit faire face à une pénurie de logements sans précédent. Aux stigmates du conflit s’ajoutera bientôt un essor démographique de grande ampleur : il faut loger dans l’urgence un maximum de Français et pour un coût modique. Dès les années 1950 le logement devient une priorité nationale et le concept des grands ensembles est né, que rend techniquement possible un mouvement de rationalisation de la construction, qui se traduit entre autre par une mécanisation du secteur.

À partir de ces mêmes années nos reporters photographes enregistrent l’émergence de ces Grands ensembles, multipliant les clichés d’espaces verts gigantesques offerts à leurs habitants, de bâtiments pensés dès la conception en termes de bonne orientation solaire et d’exposition au vent abritant des appartements fonctionnels et conformes aux dernières normes du progrès technique.

Ainsi de la cité Rotterdam à Strasbourg avec ses chemins de grue à celle des Courtillères à Pantin en passant bien-sûr par l’ensemble de 12000 logements de Sarcelles ou la Grande Borne à Grigny, leurs photographies nous donnent à voir les témoignages d’une époque qui a conçu les choses en grand.

L'avènement des Grands ensembles (1951-1970)

Le saviez-vous ?

Peu de temps après sa création en novembre 1944, le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (MRU) décide, dès mars 1945, de mettre en place un service photographique afin de rendre compte de ses missions sur le terrain. Le MRU deviendra le Ministère de la Reconstruction et du Logement en 1953. L’objectif est d’assurer la promotion de ses actions mais aussi, par des photographies des projets, des maquettes ou des états des lieux, de contribuer aux décisions nécessaires à la reconstruction des villes détruites. À l’instar des commandes de photographies d’entreprise ou d’administration, l’ensemble vise à constituer une banque d’images disponibles pour la communication interne, les salons et expositions, la presse spécialisée, la publicité, la documentation et l’archivage.

En quelques dates

Entre 1945 et 1979, la photothèque enregistre ainsi dans les cahiers d’inventaires 67 000 négatifs noir et blanc et 8 000 diapositives couleur, produits par les photographes des ministères de la Reconstruction et de l’Urbanisme (1944-1953), de la Reconstruction et du Logement (1953-1958), de la Construction (1958-1966), puis de l’Équipement (à partir de 1966).