A la une >>

PNRQAD : les moyens financiers consacrés

12 février 2015 | Mis à jour le 17 février 2015

25 projets sélectionnés bénéficient de crédits exceptionnels de l’Etat, de l’Anah et de l’ANRU.

Des moyens financiers mobilisés...

L’État français et ses opérateurs, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) et l’agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), consacreront jusqu’à 380 millions d’euros au plan d’ici 2017.

En parallèle, l’aide fiscale Malraux, qui permet une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 40 % du coût des travaux de réhabilitation, sera également accordée, dans les conditions prévues par la loi, pour mobiliser les investissements privés. L’effet de levier sur les financements des collectivités territoriales devrait permettre d’engager un programme de l’ordre de 1,5 milliard d’euros de travaux.

... pour 25 projets identifiés

Parmi les 25 projets sélectionnés qui bénéficient du financement de l’État et des agences, tous présentent des enjeux importants et proposent des actions innovantes et opérationnelles.

Quinze autres projets sont particulièrement intéressants, tout en étant plus éloignés du cœur de cible de l’appel à projets. Ils peuvent également bénéficier du programme avec une aide fiscale spécifique (Malraux), dans les conditions prévues par la loi, et d’un accompagnement d’un opérateur de l’ État, l’Anah, limité à de l’ingénierie.

Un recrutement issu en partie des quartiers en rénovation

Dans le prolongement de l’action conduite dans le cadre du programme national de rénovation urbaine (PNRU), les conventions du PNRQAD prévoiront une clause d’insertion qui garantira le recrutement des personnes issues de quartiers en rénovation.

Un processus fondé sur des conventions pluriannuelles

Des conventions pluriannuelles entre les collectivités territoriales, l’État, les agences et les opérateurs se précisent, projet par projet les objectifs a atteindre, les actions à déployer, le calendrier des opérations et les moyens mis en œuvre pour y parvenir.