A la une >>

Aménagement et urbanisme

Les EcoQuartiers

Publié le lundi 27 juin 2016

Un EcoQuartier est un projet d’aménagement urbain qui respecte les principes du développement durable tout en s’adaptant aux caractéristiques de son territoire. Le ministère s’est doté d’un référentiel en matière d’aménagement durable. Des textes de référence posent également les principes de la ville durable.

La démarche EcoQuartier

4 février 2014 | Mis à jour le 24 juin 2016

En attribuant le label EcoQuartier, le ministère valorise les opérations exemplaires, qui partout en France, permettent aux habitants de vivre dans des quartiers, conçus selon les principes du développement durable.


Un EcoQuartier doit respecter tous les principes du développement durable par :

  • la nécessité de faire du projet autrement, en impliquant tous les acteurs de la ville, du citoyen à l’élu, mais aussi par l’offre d’outils de concertation et de suivi pour garantir la qualité du projet dans la durée et à l’usage ;
  • la contribution à l’amélioration du quotidien, par la mise en vie d’un cadre de vie sain et sûr pour tous les habitants et usagers de l’espace public ou privé, et qui favorise le vivre ensemble ;
  • la participation au dynamisme économique et territorial ;
  • la promotion d’une gestion responsable des ressources et de l’adaptation au changement climatique

Pour promouvoir ces principes, l’Etat a lancé dès 2008, la démarche EcoQuartier, concrétisée en décembre 2012, par la création du label national EcoQuartier.

39 EcoQuartiers labellisés de 2012 à 2015soit plus de 55 000 logements.

Un label, pour quoi faire ?

Levier vers la ville durable, le label EcoQuartier permet d’encourager, d’accompagner et de valoriser des projets d’aménagement et d’urbanisme réellement durables, quels que soient leur échelle ou leur contexte .
Il distingue l’exemplarité des démarches, clarifie les conditions de réussite des EcoQuartiers et permet de passer à une diffusion à grande échelle.

Le label n’est pas une norme et ne propose pas de modèle unique. Au contraire, s’il garantit la qualité des projets sur un socle d’exigences fondamentales. Il a été conçu comme un outil permettant la contextualisation et l’adaptation de la démarche à tout type de territoire, quelle que soit sa taille, son contexte, son histoire, sa culture et à tous les stades d’avancement du projet.

Il est pour tous : il démontre que toutes les configurations de projets, des opérations en milieu rural, dans les petites villes aux grandes agglomérations, peuvent contribuer au renouveau de l’aménagement.

Il est accessible : il permet à tous les projets d’apporter leurs propres réponses aux objectifs nationaux, il est fondé sur la mise en pratique d’une approche intégrée de l’aménagement pour garantir la pertinence de la réponse à la fois globale, transversale et adaptée à son contexte.

Il incite au progrès : dans sa démarche en trois étapes, il réinterroge à chaque stade du projet, le niveau de qualité de la réponse, pour rappeler l’importance de faire émerger l’exemplarité et l’innovation sur notre territoire.

Il est fondé sur des résultats : la commission nationale, collège représentatif des principaux acteurs français de l’aménagement (public, parapublic, privé), qui décerne diplômes et labels EcoQuartier, permet d’attester de la qualité des projets suffisamment avancés. Ainsi, le diplôme « engagé dans la labellisation », correspondant à l’étape 2 de la démarche est attribué aux opérations en chantier, le label (étape 3), venant récompenser une opération livrée, vivante.

EcoQuartiers : mieux vivre en réduisant son empreinte écologique

Tous ces projets EcoQuartiers font la promotion de nouveaux modes de vie, d’un développement territorial équitable et raisonné et d’une utilisation économe des ressources et de l’espace agricole ou naturel, dans les villes, grandes, petites ou moyennes, urbaines et rurales.
Ces quartiers exemplaires témoignent qu’un urbanisme au service de projets intégrés, durables, conduit à un mieux-être social, à des modes de vie plus doux ou encore à une nature protégée et reconsidérée.
Les résultats vont souvent beaucoup plus loin et on voit émerger des mutations plus structurelles du modèle économique et de développement : circuits courts, économie de proximité, activités « hors sol », mixité fonctionnelle, emploi dans les services à la personne...

S’ils changent le mode de vie, ces EcoQuartiers répondent aussi à des enjeux plus larges  :

  • la transition écologique en milieu urbain : les ÉcoQuartiers s’articulent autour des notions de la densité, de la nature en ville, de l’anticipation et de l’adaptation au changement climatique, et visent à les mettre en œuvre harmonieusement ;
  • l’égalité des territoires : un des objectifs des ÉcoQuartiers est de réduire les difficultés de chacun pour vivre, se loger, travailler, se divertir, rester en bonne santé, en promouvant des projets de mixité sociale et fonctionnelle, tout en valorisant les atouts des territoires et les savoir-faire locaux ;
  • l’objectif des « 500 000 logements » annuels : les ÉcoQuartiers sont un levier pour le territoire car ils permettent d’utiliser pleinement son potentiel et d’enclencher une dynamique économique.

Les ÉcoQuartiers sont également des réponses locales aux enjeux nationaux et internationaux pour 2020 :

  • Le « 3 x 20 » européen engage la France à atteindre 23 % de production d’énergie à partir de ressources renouvelables (contre 12 % en 2012), une réduction de 20 % de nos émissions de gaz à effet de serre (GES) et 20 % d’économies d’énergie en 2020.
  • Le Protocole de Nagoya engage la France dans un Plan Biodiversité 2010-2020 avec un point d’étape en 2015 : promouvoir la biodiversité implique de travailler sur une ville plus dense, plus verte, plus désirable au profit des espaces naturels.

Les dates clés

  • 2009 : premier Appel à Projets EcoQuartiers
  • 2011 : second Appel à Projets EcoQuartiers
  • 2012 : création du Label national EcoQuartier : un label pour tous.
  • 2013 : première campagne de labellisation : 13 labels décernés et 32 diplômes "Engagé dans la labellisation".
  • 2014 : deuxième campagne de labellisation : 19 labels et 53 diplômes "Engagé dans la labellisation".
  • 2015 : troisième campagne de labellisation : 7 labels et 24 diplômes "Engagé dans la labellisation".

Galerie photo : quelques écoquartiers

Écoquartiers

Lotissement "La prairie Madame" à Langouet (35)

Crédits : Laurent Mignaux / METL

Lotissement "Les Courtils" à Bazouges-sous-Hédé (35)

Crédits : Laurent Mignaux / METL

Lotissement "Les Courtils" à Bazouges-sous-Hédé (35)

Crédits : Laurent Mignaux / METL

Lotissement "Les Courtils" à Bazouges-sous-Hédé (35)

Crédits : Laurent Mignaux / METL

ZAC de Bonne à Grenoble (38) : panneau solaire

Crédits : Arnaud Bouissou / METL

ZAC de Bonne à Grenoble (38)

Crédits : Arnaud Bouissou / METL

ZAC de Bonne à Grenoble (38)

Crédits : Arnaud Bouissou / METL

ZAC de Bonne à Grenoble (38)

Crédits : Arnaud Bouissou / METL

Ecoquartier Hoche en chantier (92)

Crédits : Bernard Suard / METL

Ecoquartier Hoche en chantier (92)

Crédits : Bernard Suard / METL

Ecoquartier des Docks de Ris-Orangis (91) avant les travaux

Crédits : Bernard Suard / METL

Ecoquartier des Docks de Ris-Orangis (91)

Crédits : Bernard Suard / METL

Ecoquartier des Docks de Ris-Orangis (91)

Crédits : Bernard Suard / METL

Ecoquartier de Clause-Bois Badeau à Brétigny-sur-Orge (91)

Crédits : Bernard Suard / METL

Eco-quartier de Clause-Bois Badeau à Brétigny-sur-Orge (91)

Crédits : Bernard Suard / METL

Eco-quartier de Clause-Bois Badeau à Brétigny-sur-Orge (91)

Crédits : Bernard Suard / METL

Noter cette galerie

1927