A la une >>

Le très haut débit : une opportunité pour les territoires

28 février 2013 | Mis à jour le 16 avril 2014

Le Premier ministre a réuni un séminaire gouvernemental à l’antenne de l’université de Cergy-Pontoise située à Gennevilliers, pour préciser la vision et la feuille de route globale du gouvernement sur le numérique. Télévision en haute définition, vidéo à la demande, visioconférence, télétravail : autant d’usages des services internet désormais présents dans le quotidien des Français. Facteur de développement économique et de progrès social, le déploiement du très haut débit est un défi majeur pour les territoires.

Le numérique est aujourd’hui dans le quotidien des Français. Aussi bien en zone urbaine qu’en zone rurale, l’accès à internet change les usages et crée de nouveaux besoins. Ainsi, par internet, un agriculteur peut envoyer son formulaire de déclaration de la PAC, un étudiant récupérer ses cours, un ménage maîtriser ses consommations de chauffage grâce aux réseaux intelligents. Pour les services, la consommation, les déclarations mais aussi les loisirs, la santé, l’emploi, le recours à internet est aujourd’hui incontournable. Par ailleurs, la quantité et le poids des données, qui ne cessent de croître, rendent indispensable l’accès de tous au très haut débit.

Qu’est-ce que le très haut débit ?

Pour l’accès au numérique, plus le débit est élevé, plus l’internaute peut recevoir, rapidement, des fichiers lourds (textes, images, sons). La quantité de données numériques transmises se mesure en bits/seconde (kilobits, mégabits, gigabits). Le haut débit pour l’internet fixe commence à 512 kbits/s (fourni la plupart du temps par l’ADSL, c’est-à-dire par ligne téléphonique) ; le très haut débit commence à partir de 30 mégabits/s (fourni essentiellement par la fibre optique).

Le très haut débit : un enjeu industriel, économique et sociétal

Le déploiement du très haut débit sur l’ensemble du territoire est un engagement du président de la République. C’est un véritable enjeu industriel, économique et sociétal pour la France. Le numérique offre de nouvelles perspectives pour les entreprises, les régions, les citoyens. Il supprime l’obstacle des distances, permet une relocalisation des emplois, notamment par le télétravail, crée les conditions d’une redynamisation des territoires enclavés et peu denses. La question de l’accès pour tous aux services numériques est centrale dans l’aménagement du territoire. C’est un facteur d’égalité des habitants et même d’égalité citoyenne. La lutte contre la fracture numérique doit être une priorité, en particulier en donnant les moyens à chaque collectivité de développer son réseau numérique dans des conditions économiques viables. Une bonne articulation entre l’initiative privée et publique est à trouver, ainsi qu’un mode de financement pérenne.

Réduire la fracture numérique

La fracture numérique peut se définir comme la différence existant entre ceux qui ont accès aux technologies de l’information et de la communication (TIC) pour leurs besoins personnels ou professionnels et ceux qui n’y accèdent pas. Les raisons peuvent être technologiques, géographiques, mais aussi culturelles. Pour réduire cette fracture numérique, il faut donc équiper les ménages d’un réseau fixe ou mobile, mais aussi permettre à chacun de s’approprier les technologies et de se familiariser avec ses usages.