A la une >>

Le rapport de la Fondation Abbé-Pierre : un appel à rester en éveil

1er février 2013 | Mis à jour le 16 avril 2014

10 millions de personnes sont concernées par la crise du logement. La ministre Cécile Duflot a assisté, le 1er février, à la présentation des principales conclusions du 18e rapport sur l’état du mal-logement en France établi par la Fondation Abbé-Pierre.

De femmes et des hommes derrière les chiffres

Plus de 2 000 personnes étaient présentes le 1er février à la journée de la Fondation Abbé-Pierre consacrée au mal-logement. Le 18e rapport de la Fondation rappelle les chiffres alarmants : 3,6 millions de personnes sont mal logées, 10 millions sont concernées par des difficultés de logement. De nombreux témoignages, émouvants sont venus rappeler que derrière les chiffres, il y a bien souvent beaucoup de souffrance humaine. Les personnes présentes ont pu évoquer leur parcours et leurs difficultés à s’en sortir. Cécile Duflot, présente toute la matinée, a souligné l’importance du travail de la Fondation Abbé Pierre « précieux, dans la régularité de sa parution comme dans la précision du diagnostic. Il est une alerte, une alarme, un appel à rester en éveil ».

Pour une nouvelle politique du logement

Dès sa mise en place, le gouvernement a pris une série de décisions pour lutter contre le mal-logement. Le décret sur l’encadrement des loyers entré en vigueur au 1er août dernier est la première étape d’une régulation du marché. La loi sur le logement social et la cession du foncier public promulguée tout récemment va permettre de construire davantage de logements, et de logements sociaux en particulier. Le dispositif d’hébergement d’urgence a été renforcé : le plan hivernal a ainsi été mis en œuvre de façon anticipée et massive (19 000 places mobilisables, contre 15 000 places mobilisées l’hiver dernier). Et la conférence pauvreté de décembre dernier a débouché sur un effort exceptionnel de 142 millions d’euros qui permettront de financer cette année la création de 9 000 places d’hébergement, de 9000 places de relogement/logement accompagné, et un plan de relogement de 15 000 familles prioritaires au titre du Dalo. Le gouvernement a également impulsé une mobilisation sans précédent des bâtiments publics et lancé, dès décembre, des procédures de réquisitions. Les premiers logements réquisitionnés devraient ainsi être mis à la disposition des autorités publiques vers mars-avril, pour permettre le relogement des personnes hébergées cet hiver. Le principe de la création d’une « garantie universelle des loyers » a également été acté. Ce futur dispositif permettra de sécuriser les propriétaires (en faisant disparaitre le risque d’impayés) comme les locataires (accès au logement facilité, prévention des expulsions). Tout ce travail sera poursuivi et précisé par le projet de loi sur le logement et l’urbanisme qui sera aussi l’occasion de rénover les règles d’urbanisme pour construire une ville plus durable. Débattue au Parlement, la future loi mettra en œuvre les réformes structurelles en faveur de la construction de logements et de la transition écologique des territoires.