A la une >>

Le Grand Paris : la culture

12 août 2013

La réflexion sur le Grand Paris place les enjeux culturels au cœur de la ville de demain, en contribuant à créer les conditions du vivre ensemble dans une ville au service de ses habitants.

Une métropole culturelle

Depuis toujours, Paris attire et accueille, parce que son territoire est à la fois dense et lisible, et qu’il s’inscrit au cœur de l’histoire de l’architecture et des arts. La ville de Paris accueille ainsi des millions de touristes chaque année. Mais, hors Paris intra-muros, les territoires sont moins desservis par les transports et l’offre culturelle diminue. L’ambition culturelle du Grand Paris consiste à réunir les garanties de l’égalité du territoire, pour que la culture soit accessible à tous les habitants de la région.

L’avenir culturel multipolaire du Grand Paris repose sur deux axes :

  • relier les grands éléments culturels symboliques de la ville-centre ;
  • mettre en valeur, en les réhabilitant, les lieux plus excentrés (le théâtre de Meaux, l’abbaye de Maubuisson, le château d’Écouen…). Ainsi, ces lieux culturels élargiront le socle de l’identité du Grand Paris, dont ils dévoileront de nouveaux pans de la richesse patrimoniale.

Cet élargissement des lieux culturels à la métropole dans son ensemble s’organisera autour de l’axe de la Seine. Le fleuve a vocation à devenir le véritable vecteur de l’offre culturelle du Grand Paris. De nombreux lieux culturels sont déjà installés sur les rives de la Seine (la Bibliothèque nationale de France, le Louvre, le musée d’Orsay, le musée des Arts premiers, le Grand-Palais, ou la Cité de l’architecture). À l’ouest, le projet de l’île Seguin, qui sera consacrée à tous les arts, confirmera la Seine dans son rôle de vallée de la culture. Il en est de même à l’est, avec l’installation pôle Image et médias de l’INA, l’école des Gobelins à Noisy-le-Grand et les universités de Créteil et de Marne-la-Vallée.

Un cadre urbain embelli et une qualité architecturale forte

L’architecture a toute sa place dans le projet culturel du Grand Paris. En effet, elle dessine les lignes et les contours de chaque espace urbain, et forge ainsi une identité, qui est partagée et revendiquée par les habitants.
C’est fort de cette conception de l’architecture que dix équipes d’architectes ont remis leurs études le 17 mars 2009, dans le cadre du concours organisé par l’Atelier international du Grand Paris (AIGP). Ces 10 projets présentent des solutions originales articulées autour d’axes communs, comme les transports en commun ou le développement de la périphérie de Paris.
Les pôles culturels pour garantir l’égalité des territoires

Dans le cadre des opérations du Grand Paris, de nouveaux lieux culturels seront construits ou développés.
Par exemple, l’implantation du nouveau centre des archives à Pierrefitte-sur-Seine, qui a été inauguré le 11 février 2013, a pour ambition de constituer un nouveau centre urbain, source de développement. Il en est de même pour l’implantation du Centre national de la conservation, restauration et recherches patrimoniales, qui sera prochainement construit à Cergy-Pontoise. Le projet de réhabilitation de la tour Utrillo à Clichy-Montfermeil, appelée à devenir une Villa Médicis hors les murs, offrant aux artistes un lieu de résidence et de création, qui est actuellement retravaillé avec les élus, donnera à ce territoire la capacité de se revitaliser par la culture. Dans cette optique, les nouvelles gares de métro du Grand Paris express sont conçues comme des lieux culturels à part entière, porteurs de projets artistiques, notamment dans les territoires les moins favorisés.

Ainsi, la culture est fortement mobilisée dans le projet de Grand Paris. Le gouvernement attache une grande importance à l’égalité des territoires en matière d’offre culturelle. Dans son rapport sur le Grand Paris culturel, remis en janvier 2012, le conseiller d’État Daniel Janicot a écrit que la culture était créatrice du Grand Paris et qu’elle jouait ainsi un rôle important dans la structuration du territoire métropolitain. Selon lui, le Grand Paris sera le laboratoire d’une nouvelle modernité culturelle, qui s’écrit dès aujourd’hui. Il propose ainsi de relancer le tourisme d’affaires, d’organiser un carnaval des cultures métissées présentes sur le territoire métropolitain, d’intégrer les gares du Grand Paris express à des projets culturels et artistiques, ou de créer un office de tourisme du Grand Paris.