A la une >>

Le bâtiment au cœur de la stratégie de lutte contre le changement climatique

14 septembre 2016 | Mis à jour le 20 septembre 2016

Emmanuelle Cosse, Ministre du logement et de l’habitat durable, s’est rendue, le 14 septembre à Marseille, sur les thèmes de la réhabilitation de logements, de l’habitat durable et de la lutte contre l’exclusion et le mal-logement en France.

 L’ilot Bon Pasteur : une démarche exemplaire de développement durable


Emmanuelle Cosse a commencé sa visite par l’îlot Bon Pasteur qui est un quartier rénové dans le cadre de l’opération d’intérêt national : Euroméditerranée. Situés au cœur du secteur historique de la porte d’Aix, les îlots Bon Pasteur et Fiacres ont subi la dégradation du bâti des années 70. Ce quartier a donc été inscrit dans le programme de rénovation urbaine conventionné avec l’ANRU en juin 2010. Ce projet qui s’inscrit dans une démarche exemplaire de développement durable mêle constructions neuves et réhabilitations et met en avant la mixité et l’innovation.

« L’accueil des réfugiés climatiques sera le défi à venir de nos sociétés »

La ministre du Logement s’est ensuite rendue au Congrès du Bâtiment durable pendant lequel les professionnels français du bâtiment sont invités à mutualiser leurs connaissances et partager leurs expériences. Lors de son allocution sur le thème de cette année :

« Vivre avec les climats : de la canicule aux grands froids », la ministre du Logement a souligné l’importance de l’action des territoires et de l’innovation pour faire face aux dérèglements climatiques.

« Assurer intégration, cohésion sociale et diminution de la pression sur les ressources naturelles sont des impératifs environnementaux, économiques et sociaux ». Avec la COP 21 et la loi de transition énergétique, le gouvernement a placé le bâtiment au cœur de la stratégie de lutte contre le changement climatique. Depuis que j’ai pris mes fonctions, j’y ai rajouté une dimension sociale et sociétale »

Afin de répondre à ce défi climatique, Emmanuelle Cosse a détaillé l’ensemble des actions à mener pour y parvenir comme :

  • accélérer la politique de rénovation
  • maintenir la position de leader mondial de la France en matière de réglementation environnementale dans le neuf
  • la nécessité d’innover
  • la mobilisation des territoires
  • la relève de nouveaux défis à relever sur les modèles économiques et les questions réglementaires

« Il s’agit de concevoir et de construire des lieux de vie sobres et respectueux de l’environnement, économes et sources de meilleure qualité de vie ».

La lutte contre l’exclusion et le mal logement

En dernier lieu, Emmanuelle Cosse s’est déplacée à l’Habitat alternatif, à Marseille, où elle a rencontré des associations de lutte contre l’exclusion et le mal-logement. La ville de Marseille est confrontée dans son centre-ville et dans les quartiers Nord à de graves problèmes d’habitat indigne et de copropriétés en difficulté. Le nombre de logements potentiellement indigne est estimé à 40 400 et environ 6000 copropriétés sont considérées comme fragiles. Compte tenu de cette situation, Emmanuelle Cosse a rappelé les objectifs du comité interministériel (CIM) Aix-Marseille-Provence du 29 mai 2015 qui avait acté plusieurs mesures pour renforcer l’efficacité des actions des pouvoirs publics en matière de rénovation et de traitement de l’habitat indigne et dégradé comme :

  • le renforcement des moyens d’actions de l’Etat, pour lutter contre l’habitat indigne et dégradé
  • le lancement d’une étude de préfiguration d’opérations de requalification de copropriétés dégradées (ORCOD), le Préfet avait reçu une lettre de mission à cet effet en juillet 2015 ;
  • la mobilisation des opérateurs pour mettre en œuvre les actions précédentes notamment l’EPA Euroméditerrannée.