A la une >>

La lutte contre la précarité énergétique, « enjeu de justice sociale et impératif écologique »

22 novembre 2016

Mardi 22 novembre, la ministre du Logement et de l’Habitat durable Emmanuelle Cosse a ouvert le colloque « Précarité énergétique : comment la combattre ? » organisé par l’Ademe et l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE). Elle s’est ensuite rendue à Créteil pour participer à un séminaire de travail dans le cadre du tour de France de la « Mobilisation des énergies ».

Trois chantiers pour lutter contre la précarité énergétique

Aujourd’hui en France, près de 6 millions de ménages, soit 12 millions de personnes, éprouvent des difficultés à payer leurs factures de gaz et d’électricité. Pour aider les ménages modestes à sortir de la précarité énergétique, le gouvernement a engagé, avec la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, trois chantiers prioritaires :

L’objectif fixé par la loi de transition énergétique est de rénover énergétiquement 500 000 logements par an à compter de 2017, dont au moins la moitié est occupée par des ménages aux revenus modestes, visant ainsi une baisse de 15% de la précarité énergétique d’ici 2020.

« Précarité énergétique : comment la combattre ? »

C’est le thème du colloque organisé ce mardi 22 novembre par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE).

Dans la lignée des rassemblements internationaux d’Habitat 3 et de la COP 22, cette rencontre nationale a été l’occasion, pour Emmanuelle Cosse, de signer la convention de partenariat qui fixe les missions de l’ONPE pour les trois prochaines années : observer, analyser puis orienter les politiques publiques d’une part ; mobiliser l’ensemble des acteurs contre la précarité énergétique d’autre part.

Une charte d’engagement a aussi été signée par tous les partenaires qui s’engagent à mettre à disposition leurs données pour travailler le plus efficacement possible sur les dispositifs d’aide à déployer.

L’urgence d’entrer dans une nouvelle ère de l’habitat plus ouvert, plus solidaire et plus résilient se rappelle à nous tous les jours. » Emmanuelle Cosse

A Créteil : 11ème étape de « la Mobilisation des énergies » en régions

Emmanuelle Cosse s’est ensuite rendue à Créteil, en Île-de-France, dans le cadre du tour de France « Mobilisons les énergies pour le logement abordable et l’habitat durable ! ». Elle a participé à un séminaire de travail sur ce thème afin de renforcer la mobilisation collective pour encourager la reprise du secteur.

Déployés sur l’ensemble du territoire, les séminaires « Mobilisons les énergies pour le logement et l’habitat durable ! » visent à renforcer la mobilisation collective pour encourager la reprise du secteur. A travers ces rencontres avec les acteurs locaux, au plus proche des réalités de terrain, la ministre poursuit l’engagement de l’État autour de trois chantiers prioritaires :

  • la remise sur le marché de 50 000 logements vacants en trois ans ;
  • l’accélération de la rénovation énergétique des bâtiments ;
  • le développement de la nouvelle génération des écoquartiers.


A Créteil et plus largement en Île-de-France, la reprise du secteur se confirme avec l’augmentation du nombre de logements autorisés qui a augmenté de 21,9% sur les douze derniers mois. « C’est une accélération exceptionnelle : jamais depuis quinze ans, la région Ile-de-France n’a représenté une part aussi importante de la production nationale » a déclaré Emmanuelle Cosse. Afin de poursuivre la reprise du secteur, la ministre du Logement souhaite changer le rythme de la rénovation des logements :

Il faut passer à la vitesse supérieure pour toutes les rénovations thermiques. 2 784 ménages ont déjà bénéficié cette année d’aides du programme Habiter Mieux en Ile de France. Il faut aller plus loin, plus vite. Je sais qu’une mobilisation accrue des réseaux est en cours, sous l’impulsion des services de l’Etat, je suis cela de près. Nos concitoyens en ont besoin, pour leur confort et leur pouvoir d’achat ; nos artisans en ont besoin, pour l’emploi. La planète aussi en a besoin ». Emmanuelle Cosse