A la une >>

L’urbanisme en milieu rural

22 juillet 2016 | Mis à jour le 17 octobre 2016

Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, s’est rendue, le 22 juillet, à Rosières, Beaumont et Annonay dans le département de l’Ardèche. Objectif : échanger avec les acteurs locaux sur le thème de l’urbanisme en milieu rural et de la rénovation des centre-bourgs.

« Du logement social, écologique et innovant en milieu rural, c’est possible ! Emmanuelle Cosse a d’abord rencontré les élus de la 3ème circonscription à Rosières, puis elle a visité l’éco-hameau de Beaumont.

L’éco-hameau de Beaumont, petite commune des Cévennes, située au sud de l’Ardèche, illustre concrètement une nouvelle manière de construire du logement social, écologique et participatif en milieu rural. Respectueuses de la nature, les maisons s’intègrent parfaitement à leur environnement naturel.

Les choix d’aménagements sont aussi exemplaires avec, par exemple, la récupération des eaux pluviales pour l’arrosage, des toilettes sèches ou des poêles à bois pour le chauffage. De même, il s’agit pour les nouveaux habitants de cette commune d’un véritable projet de vie, tant sur le plan personnel que professionnel.

Emmanuelle Cosse a poursuivi sa visite à Annonay où elle a échangé avec les acteurs locaux sur l’opération du centre-ville dans le cadre du programme national de requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQAD).

Qu’est-ce que le programme national de requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQAD) ?

Le PNRQAD a été créé par la loi de « Mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion » du 25 mars 2009. Financé par trois instances : l’Etat, l’ANAH et l’ANRU, ses objectifs sont :

  • la requalification urbaine et sociale des quartiers,
  • la résorption de l’habitat indigne,
  • l’amélioration et la diversification de l’offre de logements,
  • l’amélioration de la performance énergétique des logements
  • le maintien de la mixité sociale au sein de ces quartiers

Au total, 25 projets permettront de requalifier une trentaine de quartiers. En complément, 15 sites peuvent bénéficier d’aides d’ingénierie de l’Anah mais ne sont pas éligibles aux financements de l’ANRU.