A la une >>

« L’hébergement et l’insertion, une action de long terme »

24 juin 2016 | Mis à jour le 8 juillet 2016

Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, s’est rendue à la convention annuelle de l’association Aurore, à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris où elle a prononcé le discours de clôture, le 23 juin. L’occasion de rappeler certaines priorités comme l’accès au logement abordable pour tous et l’hébergement inconditionnel des plus démunis.

Créée en 1871, l’association Aurore héberge, soigne et accompagne près de 30 000 personnes en situation de précarité ou d’exclusion vers une insertion sociale et professionnelle.
Reconnue d’utilité publique depuis 1875, Aurore s’appuie sur son expérience pour proposer et expérimenter des formes innovantes de prises en charge, qui s’adaptent à l’évolution des phénomènes de précarité et d’exclusion. Aurore intervient principalement en Île-de-France et dans 5 autres régions (Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, Auvergne-Rhône-Alpes, Grand-Est, Hauts-de-France et Pays-de-la-Loire).Organisées autour de trois missions, hébergement, soin et insertion, ses activités sont multiples : maraudes, accueil et l’hébergement de personnes en situation d’addiction, activités de réinsertion sociale et professionnelle à destination de personnes en rupture d’emploi ou handicapées, hébergement et accompagnement de femmes victimes de violences, soins de personnes en situation de précarité, hébergement et accompagnement de personnes en souffrance psychique …

« Tout le monde doit pouvoir être mis à l’abri car l’hébergement est inconditionnel »

Dans un contexte où les secteurs du logement et de la construction s’inscrivent dans une dynamique de reprise solide et durable, la précarité, notamment due à un contexte de crise internationale, ne doit pas être oubliée. Emmanuelle Cosse a rappelé l’importance de ces enjeux :

« Je suis Ministre du Logement et j’ai la responsabilité de trouver un toit à toutes celles et à tous ceux qui connaissent un moment de précarité. Quels que soient leurs origines, leurs statut ou leurs situations administratives. […] Je suis engagé depuis longtemps pour ces combats essentiels qui sont aussi les vôtres, et vous me trouverez toujours à vos côtés sur cette voie. »

« La France va rester une terre d’asile »

La ministre a précisé la mission d’accueil que la France doit proposer aux migrants et réfugiés :

« Accueillir, héberger, soigner et accompagner tous ceux qui, en situation de détresse et en danger de mort, viennent chercher refuge sur notre sol, cela constitue un devoir inconditionnel pour un grand Etat de droit comme le nôtre. C’est à cela qu’on mesure la fidélité de la République à ses principes, et c’est ce qui fait la grandeur de notre pays. »

L’association Aurore s’est beaucoup investie, à Paris, avec la création de 14 nouveaux centres consacrés à l’accueil des migrants et réfugiés, sur les 55 ouverts en Ile-de-France, qui représente 1600 places pour ce public. La problématique de l’accueil des réfugiés a été l’occasion pour l’association de développer un travail transversal entre leurs spécialistes de la formation, travailleurs médico sociaux avec l’appui de presque 700 bénévoles, et ainsi de renforcer l’intégration et solidarité entre réfugiés et avec les franciliens.

Emmanuelle Cosse a tenu à saluer le rôle primordial que l’association Aurore joue pour l’accueil des réfugiés en France : « Face à cette crise migratoire, vous n’avez pas seulement relevé le défi de l’hébergement, mais aussi celui l’accueil, qui passe par la connaissance mutuelle, le respect commun, le partage de valeurs. Vous avez renforcé l’intégration et la solidarité entre réfugiés. Vous avez engagé des premières rencontres avec des franciliens. »

Des enjeux à moyen et long terme

L’Etat et les grands acteurs de l’hébergement comme l’association Aurore continuent d’agir sur le long terme par le logement d’insertion grâce aux foyers pour jeunes travailleurs, résidences sociales et pensions de familles et intermédiation locative ; ce qui a permis de passer de 134 199 à 218 893 places depuis le début du quinquennat. C’est pourquoi le plan de réduction des nuitées hôtelières prévoit entre 2015 et 2017, une réduction de 10.000 nuitées consommées annuellement en lui substituant des solutions plus pérennes dans le logement.

Ces nuitées seront remplacées par des dispositifs plus adaptés : 13 000 places en dispositifs alternatifs doivent être créées sur trois ans. En dehors des places pour les migrants, Aurore gère par exemple en tout 9550 personnes places en pensions de famille, résidences sociales, centre d’hébergement d’urgence et CHRS ainsi que 600 places d’intermédiation locative.

Agir durablement pour un logement abordable

Emmanuelle Cosse a également précisé le dispositif durable mis en place par l’Etat pour accroître son effort de solidarité en direction des citoyens les plus démunis et les plus fragiles :

« Aujourd’hui, notre défi commun, c’est de permettre à la société française de se montrer accueillante pour les femmes et les hommes qui ont tout perdu, d’où qu’ils viennent et quelles que soient leurs histoires. »

Crédits photo : Damien Valente/MEEM-MLHD.