A la une >>

Hébergement en Gironde : Cécile Duflot salue la mobilisation de tous les acteurs

27 décembre 2012| Mis a jour le 16 avril 2014

Jeudi 27 décembre, Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, s’est rendue en Gironde pour visiter plusieurs centres d’hébergement d’urgence et saluer la mobilisation de l’Etat et des collectivités locales pour mettre à disposition des places d’accueil.

Ne laisser personne dehors la nuit

En Gironde, les services de l’Etat se sont particulièrement mobilisé pour développer les capacités d’accueil du secteur de l’hébergement d’urgence. Cécile Duflot a ainsi pu visiter deux nouvelles structures ouvertes par le préfet de la région. Sur la commune de Mérignac, d’abord, une dizaine de maisons appartenant à la Direction générale de l’aviation civile, jusqu’à présent inoccupées, vont bientôt pouvoir accueillir des familles, pour la plupart avec enfants, qui sont actuellement en situation de mal logement ou occupent des places d’hébergement d’urgence. C’est le bailleur social Gironde Habitat qui gérera ces maisons et l’accompagnement des familles sera assuré par l’association Emmaüs. Et à Bordeaux même, une maison permettant d’accueillir une cinquantaine de personnes et appartenant à l’établissement public Euratlantique accueille d’ores et déjà 25 personnes. 25 autres places y seront aménagées sous peu.

Cécile Duflot a également visité le centre d’hébergement Trégey, aménagé dans des locaux gracieusement mis à disposition par le Conseil régional et pouvant accueillir 60 personnes, des couples ou des personnes seules. La ministre s’est également entretenue avec les responsables du Centre d’accueil, d’information et d’orientation (CAIO), chargé du 115 en Gironde. Elle a salué l’engagement de tous les acteurs pour répondre à l’urgence : Etat, établissement public, collectivités locales, associations. Au total, l’ensemble des actions menées dans le département permet au 20 décembre 2012 de disposer de 773 places d’hébergement, dont 289 au titre du plan hivernal. La région Aquitaine est caractérisée par une forte tension sur les marchés du logement avec une faiblesse de l’offre locative sociale, inférieure à la moyenne, et, comme ailleurs en France, une forte hausse des prix depuis 2002.

Consulter la carte des "départements couverts par un arrêté préfectoral délimitant les zones infestées par les termites au 31 décembre 2012". (PDF- 383.4 ko)

Les réquisitions : un outil supplémentaire pour répondre à l’urgence

Le gouvernement met en œuvre tous les moyens à sa disposition pour faire face à l’urgence et à l’afflux des demandes d’hébergement. Parmi la panoplie des outils dont il dispose figure la réquisition de logements vacants. Comme la ministre l’a annoncé à plusieurs reprises, les préfets ont dès l’automne eu pour mission de rechercher et identifier des immeubles de logements vacants depuis plus de 18 mois et appartenant à des personnes morales. Les procédures de réquisition ont été lancées, avec l’envoi des premiers courriers officiels notifiant l’intention de réquisitionner aux personnes morales propriétaires des immeubles vides. Les premiers logements réquisitionnés pourraient être disponibles vers le mois de mars prochain. Ces logements viendront compléter les possibilités de relogement que les préfets proposeront, à la fin de l’hiver, aux personnes et aux familles hébergées, dans le cadre des plans de sortie du dispositif hivernal.

19 000 places d’hébergement pour 2013

En plus des réquisitions, l’Etat déploie des moyens exceptionnels en faveur de l’hébergement et du logement. Et cette mobilisation porte ses premiers fruits. Ainsi, à Paris, toutes les demandes d’hébergement adressées au 115 par des familles sont pour le moment satisfaites. Pour cet hiver, partout en France, près de 19 000 places d’hébergement seront mises à disposition (contre 15 000 places mobilisées l’hiver dernier). Par ailleurs, au delà de l’urgence hivernale, pour l’année prochaine, le gouvernement a débloqué une enveloppe de 142 millions d’euros qui viendra s’ajouter au budget prévu dans le projet de loi de finances 2013. Cet effort permettra de créer ou de pérenniser 9 000 places d’hébergement d’urgence, de financer le développement de 9 000 places de logement adapté et accompagné (maisons relais, intermédiation locative, etc.) qui permettent le relogement des personnes et des ménages hébergés. Un effort particulier sera également fait pour reloger 15 000 familles reconnues prioritaires au titre du Dalo.


Le retrait-gonflement des argiles : comment prévenir les désordres dans l’habitat individuel ? (PDF- 2.7 Mo)