A la une >>

Aménagement et urbanisme

Grand Prix de l’urbanisme

Publié le lundi 2 mai 2016

Le Grand Prix de l’urbanisme, décerné par un jury international, récompense chaque année des acteurs importants de la ville et ville durable. Ce prix est également l’occasion de débattre et de dégager de nouvelles pistes pour l’avenir.

Le Grand Prix de l’urbanisme 2016

2 mai 2016 | Mis à jour le 22 février 2017

Le jury du Grand Prix de l’urbanisme 2016 récompense à l’unanimité Ariella Masboungi, inspectrice générale du développement durable. Le Grand Prix lui a été remis par la ministre lors d’une cérémonie officielle en novembre 2016.


Grâce au rôle de passeur et de veilleur d’Ariella Masboungi et à son regard critique, le projet urbain a transcendé la seule planification et les aspects formels pour englober toutes les disciplines et les pratiques qui produisent la ville.


Plébiscitée par la consultation menée auprès d’un large public d’experts de l’urbanisme, le jury lui a décerné à l’unanimité le Grand Prix de l’urbanisme. Il a souhaité saluer l’engagement sans faille d’Ariella Masboungi pour la discipline et ses acteurs dans toute leur diversité, pour sa capacité à les fédérer et à les aider à mettre en œuvre leurs projets. Elle insuffle un esprit d’ouverture aux questions urbaines, sociales et sociétales émergentes, donne la curiosité des expériences pionnières en Europe et dans le monde, et favorise le dialogue entre les disciplines et les métiers qui pensent, conçoivent et fabriquent la ville. Au travers d’outils pertinents (ateliers, voyages, publications, grand prix), elle sait anticiper les sujets porteurs d’avenir telles l’énergie, la nécessité d’agir à la grande échelle, la mobilité. Elle sait aussi mettre en partage tous ces sujets, créant un réseau d’acteurs de l’urbanisme et de l’aménagement en France et à l’étranger. Dans cette mesure, elle a un rôle de médiateur entre les idées et entre les générations.


Née à Beyrouth, architecte-urbaniste, elle a rejoint le ministère en charge de l’urbanisme à Metz puis à Paris. Elle a ensuite été directrice adjointe de l’agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise où elle a initié des projets urbains. Puis à la direction générale en charge de l’urbanisme en administration centrale, elle a créé les « ateliers projets urbains », avec une cinquantaine d’épisodes, dont l’objectif est de repérer et de faire connaître les innovations conceptuelles, méthodologiques et opérationnelles : certains à Paris sur des thèmes aussi divers que « penser la ville par le paysage », « penser la ville par l’art contemporain », « ville et voitures », toujours fondés sur des expériences réelles, d’autres in situ dans des villes françaises comme Lyon, Lille, Nantes et étrangères, Bilbao, Barcelone, Breda, Birmingham, Gênes, Anvers, New York, Lisbonne et bientôt Amsterdam. Ces ateliers ont donné lieu à une production éditoriale importante (collection projet urbain).


Aux côtés de Jean Frébault, elle a refondé le Grand Prix de l’urbanisme qui récompense une personnalité faisant avancer la discipline. Complétant les ateliers et le Grand Prix, elle anime d’autres lieux de débats et de réflexion sur l’urbanisme, tels « les matinées du CDEDD » et les « 5 à 7 du club Ville Aménagement ». Elle conduit des études dont les sujets ont tous donné lieu à des livres qu’elle a dirigés : l’urbanisme des modes de vie, les grands territoires et l’énergie au cœur du projet urbain.


Elle a aussi présidé l’École d’Architecture de la Ville et des Territoires à Marne-la-Vallée et été Professeure associée à l’Institut français d’urbanisme. Elle assure de nombreuses contributions à des colloques internationaux et elle est membre d’un groupe de recherches coordonné par l’université de Princeton (USA).

Composition du jury :


Président du jury : Paul Delduc, directeur général de l’Aménagement, du Logement et de la Nature (DGALN)


Les élus : Emmanuel Couet, président de la métropole Rennaise et Jean Rottner, Maire de Mulhouse, président de la FNAU


Les personnalités internationales : Finn Geipel (Berlin) Agence Lin, architecte-urbaniste et Paola Viganò (Milan) Grand Prix de l’urbanisme 2013


Les professionnels et personnalités qualifiées : Eric Bazard, directeur général de la SPL Deux Rives(Strasbourg), Nicolas Ferrand, directeur général EPA Marne-la-Vallée, Rémi Janin, palmarès des jeunes urbanistes 2014, Antoine Loubière, rédacteur en chef de la revue Urbanisme, Jean-Pierre Orfeuil, professeur émérite de l’École d’Urbanisme de Paris, Jacqueline Osty, paysagiste, Grand prix du paysage 2005, Gérard Penot, Grand Prix de l’urbanisme 2015, Antoine Picon, chercheur, professeur ENPC/Harvard, Jean-Louis Subileau, Grand Prix de l’urbanisme 2001, Cyrille Véran, rédactrice en chef adjointe AMC / Le Moniteur, Agnès Vince, directrice de l’architecture, ministère de la Culture et de la Communication

Les débats


Le Grand Prix de l’urbanisme a été remis à Ariella Masboungi le 30 novembre 2016 au palais Brongniart, à Paris, lors d’une cérémonie qui a inclus la remise du Palmarès des jeunes urbanistes aux huit équipes lauréates de ce prix. La cérémonie officielle a été précédée par un après-midi de débats autour de thématiques portées par Ariella Masboungi : « Le développement durable est-il affaire de société et d’économie ? », « Quel urbanisme pour demain ? », « Quelles modalités du passage à l’acte ? » – chaque thème donnant lieu à une table ronde, respectivement animée par Sophie Body-Gendrot, politologue, Alexandre Chemetoff, Grand Prix de l’urbanisme 2000 et Nicolas Ferrand, directeur général d’EPA Marne-la-Vallée.


Compte-rendu des débats du GPU 2016 (PDF- 342.1 ko)

La remise des prix


GPU 2016 photo de groupe

La ministre du Logement et de l’Habitat durable, Emmanuelle Cosse, entourée d’Ariella Masboungi, Grand Prix de l’urbanisme 2016 et des lauréats du Palmarès des jeunes urbanistes.


La cérémonie officielle de remise des prix a été ouverte par un premier discours de la ministre à l’attention de la nouvelle génération d’urbanistes primés par le Palmarès des jeunes urbanistes. La ministre a rappelé combien, au plan international, la France était attendue et sollicitée pour défendre une certaine vision de la construction (bas carbone) et le développement de modèles énergétiques différents. Elle a souligné l’engagement des équipes primées dont les travaux révèlent « une manière de bâtir une société inclusive, accueillante, une société qui prend soin de toutes et de tous, des plus démunis notamment et qui défend des valeurs extrêmement fortes ».


Après la remise de leur prix à chacune des équipes, la cérémonie s’est poursuivie avec un second discours de la ministre, à l’attention d’Ariella Masboungi. La ministre a salué l’importance du rôle de passeur d’Ariella Masboungi à l’extérieur comme au sein de son administration : « Vous avez montré que l’on pouvait agir par l’intelligence, la mise en relation des acteurs et par la force de l’exemplarité. Votre engagement comme médiatrice est à l’articulation de la dialectique de l’urbanisme, entre la pensée et l’action, entre le public et les concepteurs. Votre capacité à fédérer des acteurs, à créer des réseaux pour l’aménagement en France et à l’étranger, à favoriser le débat entre les métiers de la discipline de l’urbanisme donne un souffle d’ouverture aux questions émergentes. Et par la valorisation des expériences pionnières en Europe et dans le monde, vous avez instauré une curiosité indispensable aux sujets d’avenir. »


En clôture de la cérémonie, Ariella Masboungi a évoqué les sujets qui lui tiennent à cœur : « Bien que fonctionnaire d’Etat, je plaide pour des politiques plus fortes des pouvoirs publics en termes de valeurs, notamment sur les sujets essentiels tel l’étalement urbain et la poursuite folle de création de centres commerciaux périphériques toujours plus grands toujours plus loin. Laisser plus de marge de manœuvre aux innovations qui ne peuvent venir que du local est la voie que vous prenez et qui est féconde. Notre démocratie est précieuse et elle repose sur des élus très engagés et porteurs de vision forte pour leur territoire. L’apport du privé et des initiatives est essentiel mais les enjeux publics ont à être portés par le public. Cela peut paraître désuet et pourtant la Grande-Bretagne, pays ultralibéral s’il en est, lutte mieux que nous sur la diffusion des centres commerciaux périphériques et obtient des investisseurs de refaire les centre-ville avec soin et talent. A nous de jouer de la même manière ! »

Grand Prix de l’urbanisme 2016 – le livre


GPU 2016 livre

 Publié à l’occasion de l’événement « Grand Prix de l’urbanisme », le livre Le Plaisir de l’urbanisme (Editions Parenthèses, Marseille) a donné à Ariella Masboungi l’occasion de livrer ses réflexions, ses convictions, ses « leçons » du projet urbain, à l’appui d’expériences européennes qu’elle a su repérer, explorer et diffuser, dans le but d’impulser de nouvelles directions pour construire une ville plus amène.
http://editionsparentheses.com/Le-plaisir-de-l-urbanisme


Le Palmarès des jeunes urbanistes 2016 a également fait l’objet d’un livre, Jouer avec l’incertitude (Editions Parenthèses, Marseille), qui présente les concepts et les méthodes des huit équipes lauréates : Atelier Altern, Romain Champy, GRAU, Félix Muller et Loïc Parmentier, Antoine Petitjean, Plateau urbain, Ville ouverte.
http://editionsparentheses.com/Jouer-avec-l-incertitude