A la une >>

Aménagement et urbanisme

Grand Prix de l’urbanisme

Publié le lundi 2 mai 2016

Le Grand Prix de l’urbanisme, décerné par un jury international, récompense chaque année des acteurs importants de la ville et ville durable. Ce prix est également l’occasion de débattre et de dégager de nouvelles pistes pour l’avenir.

Le Grand Prix de l’urbanisme 2015

22 mai 2015 | Mis à jour le 23 novembre 2015

Le Grand Prix de l’urbanisme 2015 a été décerné à Gérard Penot, (Atelier Ruelle). Le Grand Prix sera remis par Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Egalité des territoires et de la Ruralité, lors d’une cérémonie officielle, le 25 novembre 2015.

Gérard Penot, né en 1949 à Paris, est urbaniste. Il a fondé l’Atelier Ruelle en 1980, qui regroupe urbanistes, architectes et paysagistes. Il s’est constitué sur l’idée qu’intervenir dans un processus urbain, supposait de lier l’ensemble de ces démarches et compétences souvent cloisonnées.

D’emblée, Gérard Penot a privilégié l’immersion dans les projets urbains de longue durée, soit par interventions successives (cas de Saint-Nazaire depuis 1986), soit en continu dans le cadre de missions de maîtrise d’œuvre urbaine et de maîtrise d’œuvre des espaces publics, entre autres, à Nantes (Malakoff et Euronantes Gare depuis 2001), à Saint-Étienne (ZAC Châteaucreux depuis 2008 pour une mission de 9 ans) ou à Rennes (Dalle Kennedy 1997-2007).

Il s’est spécialisé dans les espaces publics frugaux, justes et efficaces. Ainsi a-t-il recomposé de nombreux grands ensembles.

Des interventions à Nantes, Rennes ou Lyon

A Rennes, il établit du lien avec la ville, gérant remarquablement la dalle Kennedy. A Nantes, le Grand Ensemble Malakoff Pré Gauchet s’élargit jusqu’à la gare.

La performance de son travail, aujourd’hui visible, frappe par l’incroyable mutation d’un grand ensemble récent, enclavé, en quartier à part entière, maillé avec son contexte, par la réussite impressionnante des espaces publics, y compris les grandes voies traitées en ramblas, les rez-de-chaussée transparents fabriquant une ville aimable au piéton, l’insertion de nouvelles tours qui rendent celles du grand ensemble ordinaires et le meilleur parti qu’il a su tirer de chacun des architectes. Une réussite rare. Il s’est également attaqué à des sujets ardus comme le réaménagement urbain de la gare de Perrache, qui fait obstacle, aujourd’hui, entre la ville et Lyon Confluence.

Le jury a souhaité saluer, notamment en période de crise durable, la démonstration que la sobriété des interventions peut être synonyme de qualité et durabilité. Il a souligné un urbaniste du soin, de la ville à pied et de l’usage, ainsi que ses théories de l’amabilité urbaine et de la conversation. Face aux déséquilibres urbains, l’implication du lauréat sur l’insertion urbaine des grands ensembles montre une exemplarité en termes de niveau d’ambition, de concertation, de rencontre et d’échanges avec les habitants sans techniciser la démarche.

Les membres du jury du Grand Prix de l’Urbanisme 2015 :

Président du jury : François Bertrand, sous- directeur de l’aménagement durable, DGALN.

Les élus : Johanna Rolland, Maire de Nantes, présidente de Nantes Métropole et Jean Rottner, Maire de Mulhouse, Président de la FNAU.

Les personnalités internationales : Kristiaan Borrett, architecte en chef Région Bruxelloise, Marteen Kloos, architecte-urbaniste expert à l’ambassage du royaume des Pays Bas, Amsterdam

Les professionnels et personnalités qualifiées : Eric Bazard, directeur général de la SPL Deux Rives (Strasbourg), Boris Bouchet, Palmarès des jeunes urbanistes 2014, Frédéric Bonnet, Grand prix de l’urbanisme 2014, Christian Devillers, Grand prix de l’urbanisme 1998, Nicolas Ferrand, Directeur général EPA Marne la Vallée, Antoine Loubières, rédacteur en chef de la revue Urbanisme, Jean-Pierre Orfeuil, professeur émérite de l’Ecole d’Urbanisme de Paris, Jacqueline Osty, paysagiste, Grand prix du paysage 2005, Laurent Théry, Grand prix de l’urbanisme 2010, Préfet en charge de la métropole marseillaise, Cyrille Veran, rédactrice en chef AMC/ Le Moniteur, Agnès Vince, directrice de l’architecture, Ministère de la Culture et de la Communication.