A la une >>

Grand Paris : le 9e contrat de développement territorial « Val-de-France / Gonesse / Bonneuil-en-France » est signé

5 mars 2014

Le contrat de développement territorial (CDT) « Val-de-France / Gonesse / Bonneuil-en-France » a été signé jeudi 27 février 2014, par Jean Daubigny, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, Jean-Pierre Blazy, député, maire de Gonesse, Didier Vaillant, président de la communauté d’agglomération Val-de-France, Michel Montaldo, vice-président en charge du Grand Paris, par délégation d’Arnaud Bazin, président du conseil général du Val d’Oise, Annie Péronnet, adjointe au maire, par délégation de François Pupponi, député, maire de Sarcelles, Pascal Doll, adjoint au maire, par délégation de Michel Aumas, maire d’Arnouville-lès-Gonesse, Jean-Luc Herkat, maire de Bonneuil-en-France, Maurice Lefevre, maire de Garges-lès-Gonesse et Jean-Louis Marsac, maire de Villiers-le-Bel.


Composé de six communes (Arnouville, Bonneuil-en-France, Garges-lès-Gonesse, Gonesse, Sarcelles et Villiers-le-Bel), le territoire de ce CDT, comptant 167 000 habitants, est fortement marqué par les problématiques de zones urbaines sensibles.
Le CDT « Val-de-France / Gonesse / Bonneuil-en-France » fait partie intégrante du Grand Roissy, ensemble aéroportuaire du nord parisien, et inscrit son projet de développement dans ce cadre.


Il est fondé sur cinq points principaux :

1. Un développement autour de pôles structurants :
 


  • Le triangle de Gonesse, situé entre Roissy et du Bourget, a vocation à accueillir des entreprises grâce à sa situation géographique exceptionnelle, à proximité des deux aéroports. Accueillant le projet d’Europa City, qui regroupera des activités culturelles récréatives et commerciales, le triangle sera directement desservi par le futur métro automatique du Grand Paris Express (GPE).

  • Le pôle gare de Garges-Sarcelles qui doit recevoir le Dôme, équipement structurant destiné à accueillir des évènements sportifs et culturels. Ce projet a fait l’objet d’une labellisation “Label Grand Paris” et d’une déclaration d’intérêt général.
  • L’avenue du Parisis, boulevard urbain structurant devant accueillir un transport en commun en site proprereliant les deux pôles et permettant de connecter le bassin d’habitat du CDT au bassin d’emploi de Paris-CDG.

2. De nouvelles infrastructures de transport en commun qui amélioreront fortement la desserte du territoire :
 

  • L’arrivée du métro du Grand Paris Express et de la gare du Triangle de Gonesse, connectant le territoire à l’ensemble du Grand Paris ;
  • La réalisation d’une connexion entre le RER D et le RER B ;
  • La mise en service du tramway T5 Saint Denis-Garges-Sarcelles ;
  • La mise en place d’un transport en commun en site propre sur la future avenue du Parisis.

3. Un développement économique valorisant les atouts du territoire, à proximité de l’ensemble aéroportuaire :
 

  • Le sport, les loisirs et la culture à vocation internationale autour des grands projets du territoire, Europa City et le Dôme.
  • La filière aéroportuaire : fonctions d’entreprises internationales utilisatrices des transports aériens, activités de logistiques, sécurité, etc…
  • La filière de la santé : analyse, diagnostic médical rapide, bio-logistique.
  • La filière aéronautique en synergie avec le cluster dédié et contigu du Bourget.
  • Garantir le bon fonctionnement des activités agricoles en place et le maintien de cette activité sur les 400 hectares situés au Nord du triangle de Gonesse.


Le développement de ces filières a pour ambition de créer 30 000 emplois durant les 15 prochaines années.

4. Le développement d’une offre de formation structurée sur les filières porteuses :
 

  • Renforcer l’offre de pré-qualification orientée vers les filières d’avenir du territoire.
  • Développer l’offre de formation initiale et continue sur les filières porteuses : aéronautiques, services, hôtellerie, santé, etc…
  • Renforcer l’enseignement supérieur  : développer l’offre de formation de l’IUT de Sarcelles, rechercher des synergies avec les pôles universitaires limitrophes.

5. Une amélioration du cadre de vie des habitants :
 

  • En matière d’habitat, outre le nécessaire prolongement de l’opération de rénovation urbaine, est prévue la construction de 14 200 logements sur 20 ans tout en prenant en comptes les contraintes s’imposant sur un territoire fortement concerné par le plan d’exposition au bruit.
  • La préservation et la valorisation des espaces naturels.
  • Un cahier de mesures environnementales sera mis en place en vue des opérations futures.


 


JPEG - 491.6 ko
L’élaboration d’un contrat de développement territorial