A la une >>

Discours de Cécile Duflot : examen en deuxième lecture à l’Assemblée nationale du projet de loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové

14 janvier 2014

Monsieur le président,
Madame et Monsieur les rapporteur(e)s,
Mesdames et Messieurs les député(e)s,

Nous voilà de nouveau réunis, mobilisés pour l’examen en deuxième lecture du projet de loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové, le projet de loi Alur.

Chacun connaît les termes du débat. Chacun connaît aussi le contexte difficile dans lequel il prend corps. 2013, sans surprise, aura été une année difficile pour la construction et donc pour le logement. Les doutes, les peurs, les difficultés marquent le quotidien des Françaises et des Français. La question du logement, comme celle du chômage, est un terrible marqueur de la crise sociale. C’est aussi la clef du sursaut que j’appelle de mes vœux pour notre pays.

Par la loi Alur, que nous avons façonnée ensemble, j’entends contribuer à rouvrir une perspective de progrès social dans notre pays. Notre rôle n’est pas seulement de constater la situation douloureuse vécue par des millions de nos concitoyens, mais bien de tenter de la changer, de l’améliorer substantiellement.

Je sais la dureté de la vie politique, la violence des polémiques, le côté systématique des querelles partisanes. Mais je sais aussi que siègent sur tous les bancs de cette assemblée d’authentiques républicains, mus par l’intérêt général et la défense de leurs mandants.

C’est à eux que je m’adresse, avec un discours de sincérité. (…)
Je voudrais dire également quelques mots de la garantie universelle des loyers. C’est un grand sujet, un beau sujet, une innovation dont nous pouvons être fiers. Toute l’histoire de notre République est marquée par l’extension continue du domaine des droits pour assurer l’égalité entre toutes et tous.

C’est dans cette histoire de progrès social que vient s’inscrire la garantie universelle des loyers. (…) Nous allons créer par ce texte un droit nouveau. Un droit universel, parce qu’accessible à tous, sans distinction d’origine sociale, de niveau de revenus ou d’héritage. Certains ont pu dire que faute d’obligation l’universalité serait un demi-mot : quelle étrange conception de nos droits ! Ce droit consacre une garantie certaine : celle de l’égalité dans l’accès au logement.


Le discours : Examen en deuxième lecture à l’Assemblée nationale du projet de loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (PDF- 123.1 ko)