A la une >>

Emmanuelle Cosse visite le futur centre d’accueil parisien pour les migrants

11 octobre 2016 | Mis à jour le 20 octobre 2016

Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, est venue constater ce matin l’avancement du chantier du futur centre de premier accueil Dubois dans le 18ème arrondissement de Paris. Sas d’entrée pour les primo arrivants, l’ouverture de ce centre vise à mieux les orienter vers des solutions d’accueil et d’intégration de plus long terme.

« Le Centre Dubois, c’est un point d’entrée de notre politique nationale d’accueil des migrants ».

Le centre de premier accueil parisien, un maillon de notre politique nationale d’accueil, digne et structurée

Afin d’assurer l’accueil digne des migrants, fuyant pour la plupart la guerre et la misère, l’Etat met en œuvre une politique nationale structurée et durable : 164 Centres d’Accueil et d’Orientation ont été ouverts dans toute la France, dans 84 départements. L’ouverture prochaine du Centre de premier accueil Dubois dans le 18ème arrondissement de Paris, géré par Emmaüs Solidarité, s’inscrit pleinement dans ce dispositif de mise à l’abri et d’accompagnement des migrants dans leur parcours.

Le centre constituera un sas d’entrée pour les primo arrivants, permettant leur orientation rapide vers des solutions d’accueil de plus long terme telles que :

  • les 74 centres d’hébergement migrants franciliens déjà mis à disposition par l’Etat et accueillant près de 7 000 personnes ;
  • les 164 CAO ouverts dans 84 départements.

« L’Etat prend en charge et organise l’accueil des migrants et continuera à le faire »

Dans le cadre de son action déterminée pour le développement et le bon fonctionnement de ce dispositif, Emmanuelle Cosse est venue constater le bon avancement du chantier du Centre Dubois, financé par l’Etat et la ville de Paris. Le site disposera d’une capacité d’accueil temporaire de 400 à 550 places, réservées aux hommes majeurs. Le second centre à Ivry, à destination des femmes et des personnes vulnérables, ouvrira à la fin de l’année.

« C’est avec un mélange de pédagogie et de volontarisme, de responsabilité et d’écoute que nous arriverons à relever le défi de cette crise migratoire. Aucun territoire ne peut s’en sortir seul et nous avons besoin de la mobilisation de tous ». Emmanuelle Cosse.