A la une >>

Emmanuelle Cosse lance le « Label E+C- pour le bâtiment à énergie positive et bas carbone »

17 novembre 2016| Mis a jour le 21 novembre 2016

Jeudi 17 novembre, Emmanuelle Cosse a lancé l’expérimentation pour la construction de bâtiments exemplaires qui préfigure la future réglementation environnementale. Elle a pour cela présenté le label « Bâtiments à énergie positive et réduction Carbone » qui promeut cette nouvelle réglementation, co-construite avec les acteurs, unique au monde.

Le label E+C-, un label unique au monde pour construire des bâtiments à énergie positive et bas carbone

Dans la lignée de l’Accord de Paris sur le Climat, le label « énergie positive et réduction carbone » (E+C-) certifiera le respect par les acteurs de la construction des bonnes pratiq ues énergétiques et environnementales.

Ce label a pour ambition de mettre en place un standard environnemental unique au monde pour les bâtiments neufs. Il réunit pour la première fois des exigences à la fois en matière d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre dans le bâtiment. Grâce à ce double critère « énergie » et « carbone », il permettra aux maîtres d’ouvrage de choisir la combinaison adéquate en fonction des spécificités du territoire, de la typologie de bâtiments et des coûts induits.

Une démarche d’expérimentation pour accompagner la filière de la construction vers de nouveaux objectifs

Avec le lancement de ce label, la France engage les acteurs du secteur vers la construction de bâtiments à énergie positive et à faible empreinte carbone en invitant les maîtres d’ouvrage volontaires à expérimenter les exigences de la réglementation de demain.

L’expérimentation « Bâtiments à énergie positive & réduction carbone » vise à accompagner la filière vers des objectifs innovants, tout en maîtrisant les coûts et en soutenant la production de bâtiments abordables et compatibles avec l’ambition environnementale de la France.

Le comité de pilotage de cette expérimentation, installé aujourd’hui, regroupe constructeurs, associations d’énergéticiens et organismes de labellisation. Il a pour mission d’évaluer l’adéquation entre les ambitions, les coûts et la maîtrise technique des premières réalisations qui lui seront soumises. Les données de l’expérimentation sont disponibles sur le site internet www.batiment-energiecarbone.fr

Afin d’anticiper ce changement et d’élaborer une norme ambitieuse, l’Etat, les acteurs économiques et les associations ont signé une convention cet après-midi pour expérimenter les nouvelles règles environnementales du bâtiment.


« Réussir collectivement le défi de la future réglementation environnementale »

En fin d’après-midi, la ministre Emmanuelle Cosse est intervenue au colloque du Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique. Elle a souligné, devant les professionnels de l’habitat durable, l’ambition de la mise en œuvre de la nouvelle réglementation du bâtiment.

Le gouvernement a fait de la relance de la construction et de la lutte contre le changement climatique deux priorités majeures de ce quinquennat. Ces priorités ont une dimension sociale et sociétale sur laquelle j’ai souhaité mettre l’accent depuis mon entrée en fonction : car la qualité des logements et des bâtiments dans lesquels nous vivons et travaillons est fondamentale pour le bienêtre de chacun, et à partir de là pour l’égalité et la cohésion entre tous. » Emmanuelle Cosse

Le bâtiment, au cœur de la stratégie française de lutte contre le changement climatique
Le bâtiment représente près de 45% de la consommation énergétique nationale et plus de 25% des émissions de gaz à effet de serre. Dans la lignée de l’Accord de Paris sur le Climat, la stratégie bas-carbone introduite par la loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit de diminuer de 87% les émissions dans le bâtiment à l’horizon de 2050.

Le dossier de presse : Construire ensemble la réglementation énergétique et environnementale du bâtiment (PDF- 482.5 ko)