A la une >>

Emmanuelle Cosse et Bernard Cazeneuve lancent le Comité de suivi du plan de mise à l’abri des migrants de Calais

26 février 2016| Mis a jour le 8 mars 2016

Emmanuelle Cosse et Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, ont réuni, vendredi 26 février au Ministère du Logement et de l’Habitat durable, l’ensemble des associations et des services de l’État intervenant sur la lande de Calais, pour la première réunion du Comité de suivi du plan de mise à l’abri des migrants.

L’Etat se mobilise pour mettre chacun à l’abri de manière durable



Suite à la décision du tribunal administratif de Lille, jeudi 25 février, validant la décision d’évacuation de la zone sud de la lande de Calais, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable et Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, ont demandé aux Préfets d’ouvrir au sein des Centres d’Accueil et d’Orientation (CAO) des places d’hébergement pour l’ensemble des migrants présents sur la lande, et en priorité pour ceux qui occupent actuellement la zone sud. Ainsi, 500 nouvelles places sont disponibles dès aujourd’hui et 500 autres le seront dans les quinze prochains jours. 


« Les services de l’Etat se mobilisent sans relâche pour permettre à tous ceux qui le veulent de pouvoir quitter la lande. » Emmanuelle Cosse

Un comité de suivi pour mieux prendre en compte les besoins et mieux orienter

Pour rendre cette démarche de mise à l’abri des migrants plus efficace et plus transparente, un comité de suivi est mis en place dès aujourd’hui.

Ce comité, constitué des services du Ministère de l’Intérieur et ceux du Ministère du Logement ainsi que l’OFII et l’OFPRA, se réunira tous les 15 jours avec l’ensemble des partenaires associatifs investis pour agir à Calais. Il permettra de :

  • Mieux connaître les places d’accueil disponibles et leur localisation ;
  • Améliorer l’orientation des migrants en fonction de leurs besoins et de leurs volontés ;
  • Améliorer le suivi et l’accompagnement des personnes en Centre d’Accueil et d’Orientation, tant d’un point de vue médical que d’aide aux demandes d’asile en France ou en Angleterre ;
  • Pour ceux qui auront besoin de plus de temps pour quitter la lande, de travailler à l’amélioration des conditions de vie dans la zone nord, en installant des espaces de socialisation, des écoles et des lieux de culte.

Un travail mené en concertation avec les associations

Le lancement du Comité de suivi permettra ainsi de renforcer l’action concertée, la transparence et le dialogue entre les services de l’Etat et les associations intervenant dans l’accompagnement des migrants de Calais. Il contribuera aussi à améliorer l’accès à l’information des migrants, grâce à une meilleure connaissance du dispositif par les associations effectuant les maraudes sur la lande, facilitant le travail d’explication et de conviction

Emmanuelle Cosse a assuré les membres du Comité de son attention particulière au suivi de leurs travaux, et de la pleine mobilisation de l’administration
de son ministère pour mettre en place des solutions d’accès au logement pour ceux qui obtiendront le statut de réfugié. Ainsi, près de 1000 logements sociaux vacants sont prêt à être utilisés et d’autres solutions de logement adaptées pourront être mobilisés.

Elle a également redit avec Bernard Cazeneuve qu’aucune mesure de coercition ne serait prise à l’égard de ceux qui rejoindront les centres d’accueil et d’orientation, et que personne ne serait mis à la rue tant que des solutions n’auront pas été trouvées.

Une attention particulière apportée à la situation des mineurs

Le comité de suivi veillera à assurer une prise en charge spécifique de tous les mineurs, et à trouver les solutions pour que plus aucun mineur n’arrivant à Calais ne passe une seule nuit dans la lande.


« Nous parviendrons ensemble à sortir enfin d’une situation indigne pour tous. » Emmanuelle Cosse

Première réunion du Comité de suivi du plan de... par territoiresgouv


Crédits photo Une : Laurent Mignaux/MEEM-MLHD