A la une >>

Dossier de presse : Favoriser « l’hébergement citoyen » des réfugiés chez les particuliers

30 novembre 2016 | Mis à jour le 2 décembre 2016

Edito d’Emmanuelle Cosse

Depuis plusieurs mois, la France et l’Europe font face à une des crises migratoires les plus importantes depuis la Seconde guerre mondiale. Et depuis des mois, des forces contraires s’expriment dans notre société. Il y a ceux, peu nombreux mais bruyants et parfois violents, qui veulent fracturer, diviser, abîmer notre communauté en oubliant que notre République a toujours su prendre ses responsabilités de grande démocratie. Ils ont fait le choix du grand renfermement et de l’égoïsme. Mais, à côté de quelques démagogues enclins à oublier notre tradition d’accueil, nous avons enregistré une immense vague de solidarité. Partout, des trottoirs du nord-est parisien jusqu’aux confins des campagnes françaises, une France bienveillante, généreuse s’est exprimée. Elle n’a ni parti ni confession. Elle se déclare seulement solidaire et dit sa volonté de faire une place à celles et ceux qui ont fui des vies en guerre, des villes en feu, des violences de masse. A bas bruit, sans déclaration tonitruante, sans faire la une des journaux, des citoyens se sont organisés pour donner du sens au mot fraternité.

Aux côtés de cette France bienveillante, le gouvernement français a pris des engagements forts et concrets pour répondre à cette crise et assumer son devoir de solidarité envers des populations en demande de protection. D’ici la fin de l’année 2017, nous devons accueillir plus de 30.000 personnes, depuis les hotspots grecs et italiens ou depuis les camps libanais et jordaniens. Nous avons également mis à l’abri 13.000 personnes qui campaient dans la lande de Calais, dont près de 2000 mineurs dans les derniers jours. A Paris, ce sont plus de 23000 migrants qui ont été mis à l’abri au cours de 30 opérations depuis juin 2015. Et aujourd’hui le Centre de Premier Accueil de la porte de la Chapelle permet à chacun de trouver un point d’accueil identifié. Au total, nous aurons ouvert 450 Centres d’Accueil et d’Orientation (CAO) à travers tout le territoire national pour que ces hommes et ces femmes puissent prendre le temps du répit et entrer dans la démarche de demande d’asile.

Avec cet appel à projets « hébergement citoyen des réfugiés », j’ai voulu que les politiques publiques soutiennent cette France bienveillante, qu’elles la reconnaissent et lui donnent les moyens de structurer son action. Non pas à la place des grands dispositifs d’accueil d’Etat, mais en complément, avec la vitalité et l’originalité citoyennes. Car, après avoir accueilli des gens en détresse, notre défi commun -citoyens, associations, élus, gouvernement- est bien de leur permettre de se construire un avenir en France.

Le dossier de presse : Favoriser « l’hébergement citoyen » des réfugiés chez les particuliers - Résultats de l’appel à projets (PDF- 633.9 ko)