A la une >>

Discours de Sylvia Pinel : Lancement du nouveau cadre de référence du bâtiment durable

26 mai 2015

Mesdames, Messieurs les Présidents,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs,

Je suis heureuse de conclure aujourd’hui cette conférence de lancement du nouveau cadre de référence du bâtiment durable, élaboré par l’association HQE et je vous remercie pour votre invitation.

Avec ce nouveau cadre de référence, l’Association HQE continue, bientôt 20 ans après le lancement des 14 cibles de la démarche HQE, de porter les ambitions du développement durable dans le secteur du bâtiment, en France comme à l’international.

Il est d’ailleurs décliné dans la certification HQE, qui constitue une référence incontournable, en se positionnant à la 2nde place des certifications les plus utilisées dans le monde, sur des bâtiments en construction, en rénovation ou en exploitation.

Il renouvelle également cette vision d’anticipation des attentes de nos concitoyens en matière d’habitat, pour permettre à la filière de mieux s’y préparer.

C’est donc un atout stratégique pour renforcer l’ambition environnementale et la qualité des projets urbains dans le monde, et favoriser notre offre française en matière de bâtiment, et plus largement, de ville durable.

En effet, il ne propose pas une approche seulement technique et environnementale du bâtiment performant, mais plutôt une conception globale qui conjugue des exigences, parfois contradictoires : la qualité d’usage d’abord, l’excellence technique et la performance environnementale bien sûr, mais aussi une stricte maîtrise des coûts.

Avec ce nouveau cadre de référence, l’association HQE offre ainsi à la filière de la construction le support d’un dialogue commun renouvelé.

En témoigne l’élaboration de ce document qui, depuis 1 an, réunit les maîtres d’ouvrage, publics et privés, la maîtrise d’œuvre, les opérateurs de qualification, les entreprises, les différentes industries liées au bâtiment, mais aussi les usagers.

Ce travail collaboratif permet de croiser les points de vue et d’embrasser la complexité de ce que doit être un « bâtiment durable », qui ne saurait se résumer à un « objet uniquement technique ».

Tous les segments de la chaine de la construction sont concernés, puisque c’est sur l’ensemble des métiers qu’il faut agir pour parvenir à cet objectif de durabilité dans le bâtiment.

Il ne s’agit pas d’une nouvelle règle ni d’un nouveau dogme, mais bien d’un cadre pour la réflexion et pour l’action. Les professionnels doivent ainsi s’en emparer et l’adapter à la spécificité de leur métier ou du territoire. La performance environnementale du bâtiment ne se conçoit pas à l’identique à Strasbourg ou à Toulouse.

C’est donc un socle commun de principe et d’objectifs que nous lançons aujourd’hui, que chacun pourra ensuite adapter aux problématiques qui sont les siennes.

La démarche que propose votre association à travers ce cadre de référence s’inscrit parfaitement dans les objectifs que le gouvernement porte en matière de construction.

Vous le savez, nous avons fait de la relance de la construction l’une de nos priorités en engageant des actions de court et long terme.

Dans un premier temps, notre ambition est de relancer la commande et de rassurer les investisseurs pour susciter l’émergence de projets.

Avec le plan de relance que nous avons lancé, nous avons pris de très nombreuses mesures : simplification des normes, assouplissement des dispositifs d’investissement locatif, mesures fiscales fortes en faveur des quartiers de la politique de la ville (avec une TVA à 5,5%) ou des territoires moins denses (extension du PTZ).

Les récents chiffres, présentés par les professionnels en fin de semaine dernière nous montrent que notre action produit ses premiers effets : les ventes au premier trimestre sont effectivement à la hausse, à la fois dans le collectif et en maisons individuelles.

Nous devons poursuivre et amplifier nos efforts.

Ma conviction est que seule une action résolue sur le développement de l’offre contribuera à enrayer la crise du logement qui sévit depuis de trop nombreuses années dans notre pays.

Mais pour favoriser un renouveau et une croissance de la filière, il nous faut aussi travailler sur le long terme, comme y invite ce nouveau cadre de référence.

Deux défis majeurs sont à relever : la transition numérique et la transition écologique.

Nous devons faire le pari de l’innovation pour améliorer la qualité de vie des résidents et l’excellence technique de nos bâtiments, tout en maîtrisant les coûts et le numérique peut y contribuer.

Le discours de Sylvia Pinel dans son intégralité : Lancement du nouveau cadre de référence du bâtiment durable (PDF- 104.5 ko)