A la une >>

Discours de Sylvia Pinel : lancement des rencontres de l’aménagement opérationnel

12 février 2015 | Mis à jour le 17 février 2015

Les premières rencontres de l’aménagement opérationnel se sont tenues le 12 février 2015 à la Maison des centraliens, Paris 8ème arrondissement.

Mesdames et messieurs,

Je suis très heureuse d’être avec vous ce matin pour lancer ces premières rencontres de l’aménagement.

J’ai souhaité vous réunir sous ce format et créer ce réseau car je suis convaincue de votre importance dans la mise en place des politiques d’aménagement du territoire que je conduits.

Tout bon projet urbain repose nécessairement sur une volonté politique, qui a besoin, pour se concrétiser de s’appuyer sur un aménageur, et de nouer des partenariats avec les maîtres d’œuvre et les opérateurs.

Aménager un territoire, c’est agir à la fois sur le niveau de production de logements et surtout sur la qualité urbaine des projets dans leur ensemble.

Et c’est là le grand que nous devons collectivement relever. Il nous faut imaginer ce que doivent être les quartiers durables de demain.

Il nous faut construire des projets qui répondent aux principales attentes de nos concitoyens en matière d’amélioration du cadre de vie, d’accès aux services, de cohésion sociale.

L’actualité tragique du mois de janvier nous a rappelé toute la nécessité d’inventer « un urbanisme qui rassemble », et non pas « un urbanisme qui sépare ou qui exclut ».

C’est cette volonté qui doit guider nos actions dans les prochaines années. Nous avons pour mission de renouer avec l’aménagement au service de la proximité et du vivre ensemble.

La France est un grand et beau pays, qui offre de formidables opportunités et qui détient de nombreux atouts.

Mais encore faut-il avoir les moyens de s’en saisir, créer les outils suffisamment efficaces pour augmenter le nombre de logements construits et surtout remettre l’urbanisme au service de l’aménagement du territoire dans sa globalité et pas uniquement en matière de logement.

Une autre réflexion que ce club devra conduire, c’est comment limiter l’étalement urbain, et donc aussi comment reconstruire la ville sur la ville.

Le renouvellement urbain commande une adaptation des outils existants pose aussi la question des équilibres financiers des opérations.

Nous devrons répondre à de nombreuses préoccupations. Comment absorber les coûts de dépollution et de libération du foncier ? Comment définir un parti d’aménagement qui s’inscrive harmonieusement dans le tissu urbain constitué ?

Ces questions, c’est à vous que je demande d’y apporter des réponses car le secteur de l’aménagement est un secteur pivot de l’organisation de nos communes et de nos quartiers.

L’aménageur est d’abord un ensemblier qui fait le lien entre différents acteurs : il est le garant de la gouvernance du projet.

Discours intégral de Sylvia Pinel : Lancement des rencontres de l’aménagement opérationnel (PDF- 148.8 ko)