A la une >>

Discours de Sylvia Pinel : Assises nationales de l’urgence sociale

15 janvier 2015 | Mis à jour le 29 janvier 2015

Discours de Sylvia Pinel, pour la clôture des Assises nationales de l’urgence sociale, organisées le 15 janvier 2015 par la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS) au Palais de la Femme, à Paris.

Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général, Monsieur le Délégué
Interministériel à l’Hébergement et à l’Accès au Logement,
Monsieur le Président du Conseil National des Politiques de Lutte contre la pauvreté et
l’exclusion sociale,
Madame la Vice-présidente du l’Union Sociale pour l’Habitat,
Monsieur le Président du Samu social de Paris,
Monsieur le Délégué général adjoint de la Fondation Abbé Pierre,

Mesdames, Messieurs,
Je suis particulièrement honorée d’être présente parmi vous aujourd’hui, afin de clôturer cette journée, qui fut riche en échanges et en propositions.

Avant de commencer mon propos je veux bien sur vous souhaiter à toutes et à tousmes meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

J’aimerais également dire un mot du lieu que vous avez choisi pour la tenue de ces assises, le Palais de la Femme, car c’est un choix lourd de sens.

Cet établissement, construit en 1910 sous la forme d’un « foyer populaire » pour jeunes ouvriers, puis transformé en hôpital de guerre à partir de 1914, est chargé d’Histoire.

Après avoir permis d’offrir un toit à des travailleurs modestes, puis de remettre sur pied ceux que la grande guerre avait touché dans leur chair, la Fondation de l’Armée du Salut l’a transformée, en 1926, en établissement ouvert à l’ensemble des jeunes femmes ayant besoin d’un hébergement sécurisé à Paris.

C’est depuis cette période qu’il porte le nom de « Palais de la Femme ». Et ce bâtiment est donc en lui-même tout un symbole de solidarité, de cohésion sociale et de lutte contre les inégalités.

En ces temps de doutes et de troubles, il est important de souligner ces symboles et ces valeurs qui fondent notre République.
Je veux avoir avec vous une pensée pour ceux qui, la semaine dernière, ont payé de leur vie la défense de nos libertés.

Je pense à ces soldats de la République, ces journalistes, ces forces de l’ordre, ou ces citoyens anonymes qui ont perdu la vie.
Je pense aussi à ces millions de citoyens qui partout dans le monde se sont levés pour défendre la République et la liberté face à la barbarie, au terrorisme et à l’obscurantisme.

Cette magnifique mobilisation est le témoignage de tout un peuple qui veut faire face et qui se retrouve dans un élan de solidarité, de fraternité et de laïcité.

Dans ce contexte si particulier, j’attache beaucoup d’importance à être présente pour clôturer cette journée. (...)"

Discours intégral de Sylvia Pinel : Assises nationales de l’urgence sociale organisées par la FNARS (PDF- 221.6 ko)