A la une >>

Discours de Sylvia Pinel à l’occasion de la clôture de l’Assemblée générale d’Action Logement

3 juin 2015

Discours prononcé le 3 juin 2015 à l’occasion de clôture de l’Assemblée générale d’Action Logement.

Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les partenaires sociaux, Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureuse d’être présente parmi vous pour clôturer votre assemblée générale et je veux vous remercier pour votre invitation.

Je veux saluer les représentants, membres du Conseil d’administration, directeurs généraux et partenaires sociaux. Vous tous représentez un acteur incontournable de la politique du logement, aux côtés de l’Etat et des collectivités locales.

Cette AG intervient dans un contexte particulier, qui annonce de profondes modifications dans la structure d’Action Logement.

Vous souhaitez en effet rendre votre réseau plus opérationnel, pour apporter davantage de solutions de logement aux salariés, et donc aux entreprises.

Le projet que vous portez augmentera vos capacités d’intervention, déjà considérables compte tenu de votre patrimoine : près de 900 000 logements sociaux et intermédiaires, et 20 Comités Interprofessionnels du Logement (C.I.L.), actionnaires de référence de 78 Entreprises Sociales pour l’Habitat (E.S.H.).

Une nouvelle architecture plus cohérente verra le jour, recentrée autour d’une structure qui s’appuiera sur un pôle « service » et sur un pôle immobilier regroupant les E.S.H.

Elle conservera bien naturellement un lien local au travers des directions régionales, qui développeront des coopérations avec les collectivités, les services déconcentrés de l’Etat ou encore les bailleurs sociaux.

Mon ministère, comme j’ai eu l’occasion de vous le dire, M. le Président, vous accompagnera dans ces évolutions positives.
En effet cette réforme doit faire l’objet d’une ordonnance et l’habilitation figure dans le projet de loi sur le dialogue social, adopté hier à l’Assemblée nationale et qui sera prochainement étudié par le Sénat.

Comme vous le savez, je souhaite toutefois que cette réorganisation ne retarde pas l’application de la convention quinquennale Etat / UESL, et qu’elle garantisse un service équitable aux salariés et aux entreprises, grandes ou petites.

J’insiste également sur un point : l’accès à la ressource doit être effectif pour tous les organismes de logement social, que ces derniers appartiennent ou non au réseau d’Action Logement. Mais je sais que vous vous êtes engagés auprès de l’U.S.H. et de l’Etat sur ce point.

Enfin, la gestion des ressources humaines, dans une transformation de cette ampleur, doit être suivie avec beaucoup d’attention, et je compte sur votre extrême vigilance sur ce sujet auquel j’accorde une très grande importance.

Avant même que nos discussions ne débutent l’année dernière, j’avais indiqué que le modèle d’Action Logement devait être préservé, et je suis heureuse qu’il en soit ainsi dans le cadre de votre réorganisation.

Car entre le logement et l’emploi, il y a un lien évident, étroit et direct.

La hausse des prix contraint chaque jour un grand nombre de nos concitoyens à s’éloigner des centres d’activités pour pouvoir se loger à un coût abordable, notamment dans les zones tendues.

Les premières victimes de cette situation sont les jeunes, les intérimaires ainsi que les familles monoparentales.

Cette augmentation constitue un frein à la mobilité des salariés, et donc à leur évolution professionnelle. Or pouvoir accueillir des salariés ou des jeunes ménages est un enjeu majeur pour le développement d’un territoire.

Cette barrière impacte d’ailleurs les entreprises, qui perdent en attractivité si elles ne peuvent pas offrir des conditions de travail satisfaisantes, et notamment un emploi facile d’accès depuis le lieu d’habitation.

Comme vous le savez, nous avons parcouru ces derniers mois un long chemin parfois difficile, mais fructueux, pour conclure la convention quinquennale Etat /UESL 2015 – 2019 prévue par la loi ALUR. La tâche n’est pas terminée et nous devons maintenant travailler à la mise en œuvre et au suivi de ces conventions.

Ensemble, nous avons acté le retour à la contractualisation avec les partenaires sociaux concernant l’utilisation des fonds issus de la participation des employeurs à l’effort de construction.

Ce sont 6 milliards d’euros qui seront destinés d’ici 2019 au développement du parc social, pour bâtir et réhabiliter près de 600 000 logements.

Je suis consciente de l’effort que ce programme représente, et je tiens à saluer votre implication et votre volontarisme.

Action logement doit également réaliser plus de 10 000 logements intermédiaires en zone tendue, pour répondre aux besoins des classes moyennes qui ne sont pas éligibles à l’habitat social, mais qui n’ont cependant pas les moyens de se loger dans le parc privé.

Le Discours dans son intégralité : Clôture de l’Assemblée générale d’Action Logement (PDF- 108 ko)