A la une >>

Discours d’Emmanuelle Cosse : Rencontres nationales de l’ingénierie publique

23 mai 2016

"Monsieur le Président de l’Association des Ingénieurs Territoriaux de France,
Monsieur le Commissaire général des Rencontres,
Mesdames et Messieurs,

Merci de m’accueillir ce matin à vos rencontres des ingénieurs territoriaux de France, 1ère étape de ma visite à Saint-Etienne.
Venir ici me tenait à cœur depuis ma prise de fonction en tant que ministre, tant cette ville est riche d’enjeux et d’initiatives remarquables en matière de logement et d’aménagement urbain, avec les problématiques propres, et trop souvent ignorées, aux territoires « détendus ». La palette des opérations que je visiterai tout à l’heure autour de la place Jacquard – réaménagement des espaces publics, réhabilitation énergétique de logement, mixité en centre-ville grâce à l’accession sociale à la propriété – atteste de cette richesse.
Mais la date de cette visite ne doit évidemment rien au hasard, puisque venir aujourd’hui à Saint-Etienne est l’occasion de participer, comme je le souhaitais, au rendez-vous incontournable que sont devenues vos Rencontres, et par là de saluer la contribution essentielle des ingénieurs territoriaux à la construction, à l’aménagement et au développement de notre pays dans tous ses milieux, du rural à l’urbain.

Ce rendez-vous intervient cette année dans un contexte dont nous nous réjouissons tous, celui de la reprise de la construction. Le nombre de logements autorisés à la construction sur les 3 derniers mois s’établit à plus de 100.000, soit une augmentation de près de 20 % par rapport au 1er trimestre 2015.

Ce chiffre, comme l’ensemble des indicateurs du logement, permet d’affirmer que nous sommes sur une tendance positive pour l’avenir et que le nombre des mises en chantiers, déjà en hausse de 2,5 % par rapport à l’année précédente, va s’amplifier.

L’ensemble des professionnels confirment cette évolution, et c’est aussi un gage pour la reprise des projets d’aménagement.
 Cette dynamique est essentielle pour répondre aux besoins de logement qui restent criants dans notre pays. La soutenir constitue donc une priorité de mon action, en poursuivant la mise en œuvre de la politique de relance initiée par le Gouvernement.

Mais la politique du logement ne se résume pas à construire toujours plus et de façon indifférenciée.
Car le logement où l’on vit, et l’environnement dans lequel on habite, ne sont pas des biens comme les autres.
Ce sont des biens communs indispensables pour l’émancipation et la construction d’un projet de vie. Ce sont des leviers majeurs de cohésion sociale et d’équilibre entre les territoires comme avec notre environnement naturel.
Notre responsabilité, c’est donc de produire des logements de qualité, adaptés aux moyens et aux besoins de chacun, dans un cadre respectueux de l’environnement et propice aux activités et à la vie sociale.
L’enjeu, c’est donc d’ouvrir une nouvelle étape du logement et de l’aménagement, celle de l’habitat durable. C’est le sens de mon action, car c’est une clé pour l’égalité et la qualité de vie de nos concitoyens comme pour le développement équilibré de nos territoires. (...)"