A la une >>

Discours d’Emmanuelle Cosse : Discours de clôture lors du congrès USH

29 septembre 2016 | Mis à jour le 30 septembre 2016

Madame la Maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole, chère Johanna Rolland,
Monsieur le Président de l’Union sociale de l’habitat, cher Jean-Louis Dumont,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames les présidentes de fédération, Messieurs les présidents de Fédérations,
Mesdames et Messieurs les congressistes,
Mesdames et Messieurs,
Chers ami-e-s du logement social,

C’est pour moi un plaisir tout particulier que d’être à vos côtés ici à Nantes, pour votre 77ème congrès. J’ai été tant de fois assise dans la salle qu’il me fait tout drôle aujourd’hui d’être devant vous, plutôt qu’au milieu de vous ! C’est un honneur et une grande joie.

Nous voici à Nantes, une ville symbole du dynamisme atlantique qui a su concilier développement urbain et lutte contre les inégalités, comme l’illustre la remarquable résidence « Les Fonderies » d’Adoma que nous avons inaugurée ce mardi avec son président Patrick Doutreligne.

J’adresse un salut tout particulier à Madame la Maire, chère Johanna Rolland ainsi qu’à la vice-présidente de la Métropole en charge du logement, de l’habitat et des formes urbaines, maire-adjointe de Nantes, chère Pascale Chiron. Ce n’est pas un hasard si le sommet Climate Chance s’est tenu également à Nantes cette semaine. La même énergie est à l’œuvre : celle des solutions. Parce qu’il ne suffit pas de dénoncer, il faut proposer, et mieux encore : il faut faire. Vous êtes de cette trempe-là, et cela fait du bien !

Et enfin, un remerciement chaleureux pour vous, Monsieur le Président, cher Jean-Louis Dumont, pour votre accueil mais aussi pour nos échanges francs et directs qui n’ont pas manqué ces derniers mois ! Et à travers vous, un remerciement à l’ensemble des Fédérations HLM. Vous constituez les « familles » du Mouvement Hlm, vous en êtes l’incarnation dans les territoires aux côtés des Français. Avec vos 12 000 administrateurs bénévoles et vos 82 000 salariés, vous faites vivre une utopie centenaire dont la modernité ne se dément pas. Je veux vous en remercier car vos expériences, nos échanges, et parfois certains combats menés ensemble ont aussi nourri mon engagement personnel pour le logement.
Je souhaite également rendre hommage aux associations de locataires, dont je rencontrais les représentants ce matin, Ces associations ne sont pas un supplément d’âme du logement social, mais une des clés de la qualité de vie des locataires comme de leur capacité à devenir véritablement acteurs de leur habitat.

Monsieur le Président, vous avez fait de l’innovation et plus encore de « l’innovation pour tous » le thème de ce 77e congrès. Ce choix est à la mesure des défis que doit relever le monde HLM dans « une société qui change ». A vrai dire, vous n’avez cessé d’innover, tout au long de votre histoire. C’est votre ADN, c’est même sans doute la clé de votre longévité. Parce que vos prédécesseurs comme vous-mêmes ne vous êtes pas contentés de construire et de louer des logements. Vous avez toujours inscrit cette activité dans l’ambition de « faire société ». Vous « n’améliorez pas les procédés de construction », vous augmentez le confort des habitants ; vous ne « construisez pas plus vite », vous répondez à la crise du logement ; vous « n’augmentez pas votre offre de services », vous prenez en compte les âges de la vie et l’évolution de nos besoins. C’est cela votre force, c’est cela votre utilité sociale ! Et cette force a une boussole : le modèle généraliste propre au logement social français. Chacun doit pouvoir se loger à un loyer modéré, dans un habitat et un cadre de vie de qualité.

Depuis 2012, c’est une politique volontariste qui a été menée, une politique qui a fait le choix du logement pour tous et s’en est donné les moyens. Ce choix n’allait pas de soi, il a fallu de la conviction et de la ténacité.

Nous avons, à travers une démarche partenariale exigeante et constructive, refondé le socle du modèle français du logement social, sécurisé son financement et ainsi assuré sa pérennité. [...]

Le discours dans son intégralité (PDF- 279.1 ko)