A la une >>

Bâtiment et construction

De la COP21 à la COP22

Publié le jeudi 3 novembre 2016

Le 12 décembre 2015 à la COP21, l’Accord de Paris, premier accord universel sur le climat, a été adopté. La COP22 se tient à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016. La France y valorisera l’ensemble des actions engagées pendant l’année de présidence de la COP21, notamment en matière de transition énergétique dans le secteur du bâtiment et de la construction.

L’Accord de Paris

3 novembre 2016

Le 12 décembre 2015 à la COP21, l’Accord de Paris, premier accord universel sur le climat, a été adopté. C’est un succès sans précédent : pour la première fois dans l’histoire des négociations internationales, 195 pays ont su trouver un consensus universel pour limiter le dérèglement climatique dans les prochaines décennies.

Un accord historique pour lutter contre les changements climatiques

Le 4 novembre 2016, une nouvelle étape décisive sera franchie moins d’un an après la COP21 : le double seuil nécessaire pour l’entrée en vigueur de l’Accord : 55 pays couvrant au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre sera officiellement dépassé. C’est une première mondiale pour un traité international. A l’image de la France, premier grand pays industrialisé à le faire dès le 15 juin, ce sont désormais près de 80 pays, dont la Chine, les Etats-Unis, l’Inde, le Canada, qui ont ratifié dans leurs instances nationales cet Accord, ouvrant la voie à un nouveau modèle de développement.

Les 4 piliers de la mise en œuvre de l’Accord de Paris

Premier pilier : l’Accord lui-même

La mobilisation pour les ratifications doit se poursuivre, au-delà des 77 Parties ayant déjà ratifié l’Accord, pour parvenir rapidement à une participation universelle.

Deuxième pilier : les contributions nationales à la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre

Les pays signataires de l’Accord doivent transformer leurs contributions nationales en actes, pour le rendre pleinement opérationnel : lois, politiques publiques et investissements.

Troisième pilier : les financements

La question du financement est centrale dans l’équilibre de l’Accord de Paris. De nombreux pays développés ont annoncé une augmentation de leurs financements climat à horizon 2020 pour atteindre 100 milliards de dollars par an, dont une large part au service de l’adaptation des pays vulnérables.

Quatrième pilier : l’agenda des solutions

Afin de contribuer à la mobilisation de tous - citoyens, territoires, entreprises, experts - la France soutient la poursuite des actions concrètes dans lesquelles elle s’est engagée :

  • initiative africaine pour les énergies renouvelables (AREI) ;
  • initiative CREWS sur les systèmes d’alerte précoce dans les petites îles et les pays les plus vulnérables ;
  • Alliance solaire internationale (ISA) ;
  • transports et la mobilité électrique ;
  • Alliance mondiale pour la géothermie ;
  • Mission innovation facilitera le financement public et privé des technologies bas-carbone ;
  • coalition pour le prix du carbone, animée par la Banque mondiale ;
  • plateforme internationale « océan et climat », confortera les initiatives lancées dans ce domaine ;
  • Pacte de Paris sur l’eau appuie la réalisation de rapports structurants ;
  • Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction soutient deux premiers programmes opérationnels.

Vers la COP22

La 22ème session de la Conférence des Parties de la Convention - Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22) se tient à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016. La France disposera d’un Pavillon au sein de la zone de négociations, la zone bleue, pour valoriser l’ensemble des actions engagées pendant l’année de présidence de la COP21. La société civile pourra participer à la COP22 dans la zone verte.