A la une >>

Coût global des bâtiments

4 septembre 2013 | Mis à jour le 6 mars 2014

1/ Définition du coût global


L’approche en coût global permet de prendre en compte les coûts d’un projet de construction au-delà du simple investissement, en s’intéressant à son l’exploitation (charges liées aux consommations énergétiques à la consommation d’eau ….), à la maintenance, au remplacement des équipements ou des matériaux mais également à la déconstruction du bâtiment.


Cette vision est d’autant plus importante que l’on estime que, pour certains bâtiments, le coût d’investissement d’une opération ne représente que 25% du coût total, la différence (75%) survenant au cours de la vie du bâtiment. Ces chiffres sont issus de l’étude « Ouvrages publics et Coût global » réalisée par la mission interministérielle de qualité des constructions publics (MIQCP) en janvier 2006.


Cette approche permet également de prendre en compte d’autres critères environnementaux et relatifs à la santé. On parle alors d’externalités. Les exemples les plus connus d’externalités sont les émissions de gaz à effet de serre et l’impact sur l’environnement (biodiversité, eau…) ainsi que l’impact sur la santé des occupants.


Ces notions sont à relier à l’analyse du cycle de vie du bâtiment ou des éléments (matériaux…) le constituant, et à la gestion « verte » du chantier. L’analyse du cycle de vie consiste à évaluer l’impact d’un élément de la construction depuis l’extraction des matières premières nécessaires à sa fabrication, jusqu’à son transport sur le chantier.


L’importance des choix réalisés au moment de la programmation par l’équipe du maître d’ouvrage s’avère primordiale. L’approche en coût global consiste à évaluer l’impact des choix du maître d’ouvrage à l’échelle de plusieurs dizaines d’années en termes de coûts différés, d’impacts sur l’environnement. Le maître d’ouvrage peut réaliser plusieurs variantes de projets en fonction de ses besoins pour les comparer ensuite selon différents critères qu’il aura définis. Le préalable à toute démarche en coût global est donc de définir les objectifs et de préciser les attentes du maître d’ouvrage.


La démarche en coût global permet également de valoriser les choix en faveur de l’environnement ou des économies d’énergie pour une opération pour laquelle un surcoût à l’investissement peut exister par rapport à une opération « classique ». En effet, cette vision à long terme permet de mettre en exergue les économies futures lors de l’exploitation du bâtiment.


Cette approche est particulièrement adaptée aux nouveaux outils juridiques de contractualisation mis en place notamment pour les maîtres d’ouvrage publics.

2/ Outils permettant de mieux comprendre la démarche en coût global


C’est la norme ISO 15686-5 qui indique des lignes directrices relatives à l’analyse du coût global des bâtiments, à celui des constructions ainsi qu’à celui de leurs composants.


Le ministère a lancé une action d’incitation au calcul en coût global dans le bâtiment, visant à aider les donneurs d’ordre publics et privés à prendre en compte de manière raisonnée les coûts tout au long de la vie de l’ouvrage, et à ne pas limiter leur analyse aux simples coûts initiaux. Cet outil est disponible en accès libre sur : http://www.coutglobal.developpement-durable.gouv.fr/