A la une >>

Coup d’envoi des Assises des Ruralités

12 septembre 2014 | Mis à jour le 24 octobre 2014

Manuel Valls, Premier ministre et Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Egalité des territoires et de la Ruralité ont lancé les Assises des ruralités, le vendredi 12 septembre 2014, à Fère-Champenoise, dans la Marne. Ces Assises permettront de « créer les conditions d’un acte fondateur, pour renouveler la présence de l’État, pour reconstruire les liens entre les villes et les campagnes et pour donner aux territoires ruraux les moyens de leur développement propre » a déclaré Manuel Valls.

Noter cette vidéo

688

A l’occasion du lancement des Assises, Manuel Valls et Sylvia Pinel se sont rendus à Fère-Champenoise , une des 12 communes de Champagne Ardenne pré sélectionnées dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Centres bourgs » visant à revitaliser certaines zones rurales et périurbaines de métropole et d’Outre-mer.

Afin « d’écouter les populations de ces territoires, de proposer de nouveaux modes d’accès aux services, et de renforcer leur attractivité  », Sylvia Pinel et Manuel Valls ont visité plusieurs sites emblématiques dans le cadre du lancement des Assises.


Ils se sont d’abord rendus à la maison médico-sociale de la Saule, pôle de santé regroupant une dizaine de professionnels parmi lesquels des médecins généralistes, des infirmières ainsi qu’une assistante sociale et un conseiller emploi. Ils ont ensuite visité l’entreprise Préciculture, PME très performante qui figure parmi les leaders mondiaux dans le domaine des techniques de pulvérisation de précision.

Donner la parole à des acteurs de terrain 


« Mon ambition est de prendre en compte la diversité de la ruralité française, depuis les territoires « rurbains » jusqu’à ceux qui sont les plus ruraux. (…) Ces territoires sont porteurs d’une grande modernité, d’innovation, de qualité de vie. Ils doivent faire face à des attentes nouvelles de la part de leurs habitants  » a déclaré Sylvia Pinel.


Les territoires ruraux sont engagés dans une transformation en profondeur qui a recomposé notre espace national, dynamisant certains territoires et en fragilisant d’autres. Il n’y a plus une France rurale, mais des ruralités multiples. C’est pourquoi les Assises des ruralités doivent poser l’acte fondateur d’une nouvelle politique  ; un acte, construit avec les élus locaux pour exprimer une ambition pour les Ruralités. Elles doivent permettre de réunir les moyens nécessaires pour que les territoires ruraux construisent leur développement.


Les assises se tiendront en octobre et novembre et prendront la forme de sept ateliers thématiques qui permettront aux élus ou aux représentants d’association de s’exprimer. Ils seront présidés par Sylvia Pinel en présence des ministres concernés


Un comité interministériel de l’égalité des territoires se réunira pour conclure ces ateliers et proposer un plan d’action précis et partagé entre l’État et les territoires ruraux.


 

Pourquoi parle-t-on « des ruralités » ?

95% de la population française vit aujourd’hui sous « influence urbaine » (source Insee, 2010). Pour autant, il n’y a pas d’un côté 95% d’habitants au mode de vie urbain et 5% d’habitants « ruraux » dans seulement 7 400 communes : la réalité de la France se compose, en effet, d’une grande diversité de situations d’habitants, des plus urbanisés au moins urbanisés.

Le développement des territoires implique désormais de nombreuses interdépendances entre les types d’espaces : déplacements domicile-travail, lieux d’études, réseaux économiques et scientifiques, transferts de revenus, migrations familiales... La notion de « ruralité » au singulier n’est donc plus opérante et pour comprendre et agir sur les ruralités aujourd’hui, il est nécessaire de sortir du clivage urbain-rural.