A la une >>

Bâtiment et construction

COP21

Publié le vendredi 11 décembre 2015

En tant qu’hôte de la Conférence Paris Climat 2015 (COP21), la France a engagé une politique exemplaire en matière de transition énergétique dans le bâtiment et la construction.

Lancement de l’Alliance mondiale pour les Bâtiments et la Construction

4 décembre 2015 | Mis à jour le 23 décembre 2015

Les bâtiments et la construction représentent un tiers des émissions de gaz à effet de serre. Alors que les villes continuent de se développer pour accueillir plus de 70% de la population mondiale en 2050, faire évoluer ce secteur pour réduire son impact sur l’environnement devient de plus en plus crucial pour l’action climatique.

La France fixe des objectifs ambitieux

Dans le cadre de la loi de transition énergétique, de nombreuses mesures ont été prises pour économiser l’énergie dans le bâtiment, touchant à la fois le parc existant et la construction des bâtiments neufs, et des mesures d’accompagnement sont mises en place. L’objectif est de réduire la consommation énergétique finale de 50% en 2050 par rapport à 2012.

Jeudi 3 décembre, au troisième jour de la COP21, les échanges du Plan d’Actions Lima-Paris sont consacrés à la construction et aux bâtiments. A cette occasion a été annoncé le lancement d’une Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction.

Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction : accroître le potentiel du secteur pour l’action climatique

La France, avec le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), a décidé de lancer une Alliance mondiale pour les Bâtiments et la Construction. Il s’agit d’une première à l’échelle internationale qui permettra de rassembler autour d’une stratégie opérationnelle commune acteurs locaux, gouvernements, bailleurs, organisations internationales, réseaux de professionnels et société civile, afin d’intensifier la mise en œuvre des actions ambitieuses consacrées à prendre la route de "moins de 2°C" dans le secteur du bâtiment et de la construction.

A ce jour, sont signataires :

  •  20 pays : Autriche, Brésil, Cameroun, Canada, Finlande, France, Allemagne, États-Unis, Japon, Mexique, Maroc, Norvège, Sénégal, Singapour, Suède, Tunisie, Dubai, Ukraine, Arménie, Vietnam ;
  • 8 grands groupes : Lafarge Holcim, Saint Gobain, Velux, Consolidated Contractors Company, Danfoss, Veolia, Sekisui House, Suez Environnement ;
  • Plus de 50 organisations nationales et internationales, réseaux de professionnels ou financeurs.

Objectifs mondiaux communs

L’Alliance devra faciliter un véritable engagement de tous, soutenir les pays menant des actions ambitieuses et favoriser les collaborations Nord/Nord, Sud/Sud et Nord/Sud. Plus précisément, l’Alliance pourra agir sur trois champs :

  • La communication : accroître la sensibilisation et les engagements afin de rendre visible les changements possibles dans le secteur des bâtiments et de la construction et leurs impacts, définir des objectifs sectoriels en matière de lutte contre le changement climatique et promouvoir la transparence et l’échange d’informations.
  • La collaboration : permettre la mise en oeuvre d’actions relatives aux politiques publiques et à la transformation des marchés afin d’atteindre les objectifs fixés en matière de lutte contre le changement climatique, grâce à la mise en place de partenariats, au partage des technologies et des savoir-faire ; améliorer le flux d’affaires et faciliter l’accès aux fonds et à des financements adaptés.
  • Les solutions  : proposer et soutenir des programmes et des solutions localement adaptées afin d’atteindre les objectifs fixés en matière de lutte contre le changement climatique et encourager les actions ambitieuses visant à maintenir le réchauffement en deçà de 2°C. Aujourd’hui, des solutions existent déjà pour le bâtiment durable et bas-carbone : bâtiments autonomes en énergie ou bio-climatiques, matériaux bio-sourcés, constructions résilientes et issues de ressources locales… il s’agit d’amplifier leur mise en œuvre.

Jeudi 3 décembre, les signataires de l’Alliance se sont mis d’accord sur la nécessité d’un « engagement commun », reconnaissant l’importance du sujet et la nécessité de travailler ensemble. 

PNUE - L’Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction

Crédits photo Une : Arnaud Bouissou / MLETR-MEDDE