A la une >>

Cécile Duflot visite le centre d’hébergement d’urgence Saint-Petersbourg

20 décembre 2013 | Mis à jour le 10 janvier 2014

Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, a visité, vendredi 20 décembre 2013, le centre d’urgence Saint-Petersbourg, situé dans le VIIIe arrondissement de Paris, et géré par l’association Aurore.

Un centre d’hébergement d’urgence installé dans des locaux vacants mis à disposition par l’État

Le centre d’hébergement d’urgence Saint-Pétersbourg a été ouvert début 2013 dans un bâtiment du ministère de l’Économie et des Finances, mis à disposition par l’État dans le cadre de la mobilisation du foncier public pour faire face au manque de place d’hébergement. Les locaux, situés au 26 bis de la rue Saint-Petersbourg dans le VIIIe arrondissement de Paris, étaient restés vacants après avoir été occupés par l’INPI (Institut national de la propriété industrielle). La soixantaine de bureaux vides, d’une superficie de 2 500 m2, a été réaménagée, avec création de chambres, d’un espace douches et d’un réfectoire, grâce au financement de la direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement (Drihl). 120 personnes, essentiellement des familles ou des femmes enceintes en situation de grande précarité, peuvent ainsi être accueillies toute l’année dans le centre.
 


Tableau de clés au centre d’hébergement d’urgence Saint-Petersbourg

Tableau de clés au centre d’hébergement d’urgence Saint-Petersbourg - Crédits photo : Crédits photo : Bernard Suard / METL

Rompre avec la gestion saisonnière de l’hébergement d’urgence

Ce centre illustre l’engagement de l’État pour renforcer les capacités d’accueil de l’hébergement d’urgence, et pour offrir des réponses aux besoins des personnes sans abri ou mal logées, dans un contexte de forte hausse des demandes d’hébergement par rapport à l’année précédente.
Pour le Gouvernement, l’ambition est double : sortir de la gestion saisonnière de l’hébergement d’urgence, exclusivement hivernale jusqu’alors, et permettre à tous d’accéder durablement à un logement digne et adapté.

Afin de répondre à ces engagements, des moyens supplémentaires ont été consacrés à l’hébergement d’urgence dans le cadre du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, adopté le 21 janvier 2013. 7 033 places d’hébergement d’urgence et 7 630 places en logement adapté ont ainsi été créées en 2013.

Des moyens supplémentaires pour répondre aux demandes

2012 :
Loi de finances initiale : 1,176 milliard d’euros (Md€)
Plan d’urgence en septembre : 50 millions d’euros (M€)

2013 :
Loi de finances initiale : 1,223 Md€
Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté : 112,7 M€
Décret d’avance pour l’hébergement d’urgence et la veillesociale : 70 M€

2014 :
Projet de loi de finances : 1,331 Md€ (format constant)

Places d’hébergement créées en 2013 :
- 7 033 places d’hébergement d’urgence ont été pérennisées ou créées ;
- 7 630 places en logement adapté ont été créées. 

Une mise en œuvre dans les territoires dès 2013

Le 21 novembre 2013, Cécile Duflot a fait parvenir aux préfets une instruction leur indiquant comment mettre en œuvre, dans leur territoire, cette réforme de l’hébergement d’urgence, dans le respect des principes de continuité de prise en charge et d’inconditionnalité de l’accueil, qui sont inscrits dans la loi.

Désormais l’ouverture de capacités temporaires de mise à l’abri ne doit plus être déclenchée suite à la seule chute des températures durant l’hiver : ces places devront être mises à disposition à tout moment de l’année, quand les circonstances locales l’exigent.
Les leviers d’action qui étaient auparavant mobilisés à la sortie de l’hiver (toute la palette d’offres d’hébergement, de logement accompagné et de logement) doivent l’être désormais tout au long de l’année, afin de sortir des dispositifs d’hébergement les ménages pouvant entrer dans un logement.
Quant au recours aux nuitées hôtelières, il devra être limité, en particulier dans les zones peu tendues, où il existe des logements disponibles. Ces logements vacants devront être mobilisés et utilisés comme alternative aux nuitées hôtelières, de façon à offrir des conditions d’accueil plus adaptées aux besoins des ménages jusque-là hébergés en hôtel, les familles avec enfants notamment.
 
 

Zoom sur : l’association Aurore

Créée en 1871, l’association Aurore, reconnue d’utilité publique, héberge, soigne et accompagne chaque année plus de 12.000 personnes en situation de précarité ou d’exclusion vers une insertion sociale et/ou professionnelle. S’appuyant sur son expérience, elle propose, impulse et expérimente des formes innovantes de prises en charge qui intègrent l’évolution des phénomènes de précarisation et d’exclusion.
Aurore travaille en partenariat avec les associations et les pouvoirs publics. Le dialogue avec les autorités qui financent les actions est permanent, en cohérence avec les besoins recensés sur ses territoires d’intervention.
Acteur expérimenté dans la lutte contre l’exclusion, l’association emploie plus de 1 000 personnes. A leurs côtés, une centaine de bénévoles agissent au quotidien. 

> En savoir plus sur la sortie de la gestion saisonnière de l’hébergement d’urgence