A la une >>

Cécile Duflot au Salon de l’agriculture : zéro artificialisation des terres agricoles

1er mars 2013 | Mis à jour le 16 avril 2014

Vendredi 1er mars, Cécile Duflot a visité le 50e Salon international de l’agriculture, au Parc des expositions de la porte de Versailles (Paris). La ministre a notamment rappelé sa volonté de préserver les espaces ruraux et de contenir l’artificialisation des sols.

Les zones rurales au cœur de l’égalité des territoires

Cécile Duflot a commencé sa visite par le Hall 4, en compagnie de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, et de Benoît Hamon, ministre délégué à la Consommation et à l’Économie sociale et solidaire. La ministre a notamment rencontré les représentants de la FNSEA, de l’Agence bio, du Conseil général de la Drôme et de la Confédération paysanne. Ces partenaires institutionnels sont des interlocuteurs de la politique d’égalité des territoires que Cécile Duflot a décidé d’impulser.

Dans l’après-midi, Cécile Duflot a visité les stands des régions Ile-de-France, Franche-Comté, Languedoc-Roussillon et Bretagne pour échanger avec les agriculteurs. La ministre a expliqué le projet de ruralité moderne qu’elle porte à travers l’égalité des territoires. Elle a rappelé son ambition de traiter conjointement tous les territoires meurtris, notamment les zones rurales.

Une priorité : limiter l’artificialisation des sols

Les espaces artificialisés recouvrent les zones urbanisées, les zones industrielles et commerciales et les réseaux de transport. Ils s’opposent aux espaces agricoles, aux forêts et aux milieux naturels, comme les surfaces en eau.

En 2006, le taux d’artificialisation en France métropolitaine était de 5,1 %, en augmentation de 3 % par rapport à 2000. Ainsi, 76 000 hectares de terres agricoles et 10 000 hectares ont été « grignotés » par l’artificialisation.

La sur-consommation des terres agricoles et des zones naturelles s’est aggravée. Lutter contre l’étalement urbain à travers une meilleure gestion du foncier existant, et préserver les terres agricoles et la biodiversité est donc une des priorités du gouvernement.

Ce sujet sera notamment pris en charge par le projet de loi urbanisme et logement, qui sera débattu au Parlement cette année, et dans lequel la ministre Cécile Duflot compte proposer une évolution des PLU, les plans locaux d’urbanisme, qui ouvrent à la construction d’un certain nombre de terres.

Voir aussi :