A la une >>

Bâtiment et construction

Aération ventilation

Publié le mardi 3 septembre 2013

Aération ventilation

3 septembre 2013 | Mis à jour le 17 juillet 2014


L’aération, qu’elle soit réalisée de façon naturelle ou mécanique, est indispensable à l’obtention d’un air ambiant de bonne qualité.
Elle a pour priorité de satisfaire les besoins d’hygiène et de confort. Elle vise en particulier à :
- apporter de l’air neuf, afin notamment d’éviter les situations de confinement et permettre le bon fonctionnement des appareils à combustion ;
- évacuer l’air vicié par divers polluants ;
- lutter contre l’humidité et les condensations.
Si l’aération permet également de réduire la concentration de certains polluants spécifiques, par apport d’air extérieur et évacuation de l’air pollué, elle ne doit pas être considérée comme suffisante : seule la réduction des émissions de polluants à la source permet en effet d’agir de façon durable.

Systèmes d’aération


Différents modes d’aération et systèmes de ventilation sont présents dans les bâtiments existants, selon le type de bâtiments et l’évolution des réglementations applicables.
Le renouvellement de l’air intérieur peut être assuré, selon les cas, par les défauts d’étanchéité, des grilles de ventilation et l’ouverture des fenêtres ou par des systèmes de ventilation naturelle ou mécanique contrôlée (VMC) dans les bâtiments plus récents.

Aération des logements


Le décret du 22 octobre 1955 et l’arrêté du 14 novembre 1958 relatif à l’aération des logements (neufs) ont introduit le principe d’aération par pièce. Cette aération peut être réalisée soit par ouverture des fenêtres, soit de façon permanente (au moyen de grilles d’aération ou d’un système de ventilation).
L’arrêté du 22 octobre 1969 relatif à l’aération des logements (neufs) a fixé le principe de la ventilation générale et permanente des logements, par ventilation naturelle par conduits à tirage naturel ou par ventilation mécanique. Dans les deux cas, les pièces principales doivent comporter des entrées d’air, et l’évacuation de l’air se fait dans les pièces de service (cuisine, salles d’eau, toilettes), l’air devant pouvoir circuler librement des pièces principales vers les pièces de service.
Note : Des exceptions à ce principe sont prévues en maisons individuelles, ainsi que pour les immeubles collectifs situés dans certains départements (possibilité d’aération par pièce).
Les arrêtés du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983 relatifs à l’aération des logements (neufs), en vigueur pour les nouvelles constructions, ont conservé le principe de ventilation générale et permanente de l’arrêté du 22 octobre 1969. Ils fixent des exigences de débits d’air extrait minimum en pièces de service, et autorisent la modulation des débits.
Note : L’obligation d’aération permanente est limitée à certaines pièces dans le cas des maisons individuelles situées dans certaines zones climatiques.

Compte-tenu des spécificités des départements d’outre-mer, une réglementation aération adaptée aux conditions climatiques, aux techniques constructives et aux pratiques d’aération locales a été élaborée pour les bâtiments d’habitation neufs dans les DOM : voir la page dédiée à la réglementation technique de la construction dans les DOM
Les exigences métropolitaines définies par l’arrêté du 24 mars 1982, cité plus haut, sont ainsi pour partie reprises, adaptées et complétées pour les DOM.



« POUR EN SAVOIR PLUS »

Ventilation par conduits à tirage naturel :


Schéma de principe d’un système de ventilation naturelle avec balayage

Schéma de principe d’un système de ventilation naturelle avec balayage


La ventilation naturelle ne nécessite aucun dispositif mécanique pour fonctionner. La circulation de l’air est induite par le tirage thermique, dû aux différences de températures entre l’intérieur et l’extérieur et aux pressions du vent sur l’enveloppe du bâtiment et notamment le débouché de conduit en toiture.


Chaque pièce de service du logement possède une sortie d’air raccordée à un conduit d’évacuation fonctionnant par tirage naturel. Chaque pièce principale est équipée d’un orifice d’entrée d’air neuf de type autoréglable (ajustement de la section de passage de l’air en fonction du vent) dans les logements récents. Les sorties d’air sont fixes ou réglables manuellement.
En habitat collectif, les conduits d’évacuation à tirage naturel peuvent être soit individuels, c’est à dire ne desservir qu’une pièce de service, soit collectifs c’est à dire desservir plusieurs pièces. Un conduit collectif doit comporter un conduit collecteur et des raccordements individuels de hauteur d’étage, chacun de ces derniers ne desservant qu’une pièce (conduit shunt). Le renouvellement de l’air d’un logement ventilé naturellement varie en fonction des conditions climatiques.

Ventilation mécanique contrôlée simple flux par extraction :

Schéma de principe d’un système de ventilation mécanique simple flux par extraction avec balayage

Schéma de principe d’un système de ventilation mécanique simple flux par extraction avec balayage


La ventilation mécanique contrôlée par extraction d’air, communément appelée VMC, utilise des entrées d’air neuf dans les pièces principales, des bouches d’extraction d’air dans les pièces de service, des conduits et un groupe d’extraction (ventilateur) pour évacuer l’air à l’extérieur du logement.


Ventilation mécanique double flux par extraction :


Schéma de principe d’un système de ventilation mécanique double flux par extraction avec balayage et échangeur de chaleur

Schéma de principe d’un système de ventilation mécanique double flux par extraction avec balayage et échangeur de chaleur


Un système double flux comporte un réseau pour l’insufflation d’air et un pour l’extraction, et deux ventilateurs. Lorsqu’il est équipé d’un récupérateur de chaleur, permet de limiter les pertes de chaleur inhérentes à la ventilation : il récupère la chaleur de l’air extrait du logement et l’utilise pour réchauffer l’air neuf filtré venant de l’extérieur. Un ventilateur pulse cet air neuf préchauffé dans les pièces principales par le biais de bouches d’insufflation.
 

Aération des autres locaux


Les locaux à usage autre que d’habitation sont soumis aux exigences du Règlement Sanitaire Départemental et du Code du Travail (Titre 1er, Chapitre II). La ventilation de ces locaux peut être mécanique, naturelle par conduits, ou pour les locaux donnant sur l’extérieur, s’effectuer par ouverture des fenêtres, portes ou autres ouvrants. En cas de ventilation commune à plusieurs locaux, l’air peut traverser d’autres locaux en circulant des locaux les moins pollués (locaux à pollution non spécifique) vers les plus pollués (locaux à pollution spécifique). Pour les installations de ventilation mécanique ou naturelle par conduits, sont fixées des exigences de débit d’air neuf (pris à l’extérieur) à introduire dans les locaux à pollution non spécifique, selon le type de locaux et le nombre d’occupants. Dans le cas de ventilation par ouvrants extérieurs, sont fixées d’une part des exigences de volume minimum du local par occupant, d’autre part des surfaces minimum d’ouvrants fonction de la surface au sol de ce local.
Le Règlement Sanitaire Départemental Type du 09 août 1978 prévoyait des débits minimum sensiblement plus élevés pour les locaux sans interdiction de fumer. Le décret n°2006-1386 du 15 novembre 2006 fixant les conditions d’application de l’interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif contribue naturellement à l’amélioration de la qualité d’air intérieur.