A la une >>

Bâtiment et construction

Références aux eurocodes

Publié le jeudi 12 septembre 2013

Les eurocodes sont les normes européennes relatives à
la conception et au calcul des bâtiments et des ouvrages de génie civil.

Concepts fondamentaux des eurocodes

4 septembre 2013 | Mis à jour le 6 mars 2014

Compétitivité et complexité


Pour plus de compétitivité avec d’autres codes concurrents, l’approche au plus près des réalités est incontournable, aussi bien dans le comportement des matériaux que dans l’évaluation des actions sur les structures. Les Eurocodes présentent une certaine augmentation de la complexité de ce fait.

Compensation possible


Cette complexité entraîne nécessairement un surcroît de travail pour les concepteurs qui peut être compensé en :


- s’organisant pour éviter de refaire ce que d’autres personnes et soi-même ont déjà fait ;


- se servant des logiciels offerts gratuitement avec libre accès aux codes sources par :

  • le CEA(Commissariat à l’Energie Atomique, gratuit seulement pour la recherche et l’enseignement) ;
  • l’EDF(Electricité De France) ;
  • l’INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique).


- utilisant le présent site internet (Groupe Scilab-Eurocodes) où chaque visiteur peut télécharger des logiciels gratuits qu’il vérifie lui-même avant de les utiliser pour concevoir son projet.


- enregistrant avec Scilab de l’INRIA tous les calculs courants pour ne pas avoir à les refaire ultérieurement. S’ils sont rédigés suivant les recommandations du site, ils peuvent y être envoyés pour vérification par d’autres concepteurs. Dans ce cas, ils seront nécessairement plus fiables que s’ils sont restés confinés chez leurs auteurs.

A chaque tache, l’outil le plus adapté.


Scilab est recommandé pour enregistrer les calculs prescrits dans les Eurocodes et les calculs des efforts dans les structures simples. Les enregistrements des calculs faits un grand nombre de fois vont augmenter la productivité de tous.


Pour les calculs des efforts plus compliqués (ensemble de plusieurs centaines de barres et de nœuds), évitons de refaire avec Scilab ce que Cast3m du CEA ou Code_Aster de l’EDF ont déjà fait et validé pour le nucléaire.

Temps nécessaire


Pour les premiers enregistrements avec Scilab, un surcoût moyen en temps de l’ordre 20 à 30% du temps nécessaire pour faire les mêmes calculs « en manuel » est suffisant pour les calculs courants.

Les logiciels commerciaux non gratuits gardent toute leur place


Maintenant et même après le retrait des codes nationaux prévu en 2010 pour la France, il y a toujours de la place pour les concepteurs ne voulant pas se lancer dans la compétition nationale et internationale avec tous les avantages des Eurocodes.


Ils peuvent dans ce cas faire appel à des logiciels commerciaux . C’est une voie qui est nécessairement moins économique car :

  • Il faut payer les logiciels commerciaux sans jamais avoir accès au code source, pour la moindre vérification. En plus la quasi-totalité des licences de vente précise qu’en cas de dysfonctionnement du logiciel, c’est toujours le concepteur utilisateur du produit qui est responsable et non pas le vendeur ou l’éditeur du logiciel commercial.
  • En cas d’utilisation des méthodes simplifiées conformes aux Eurocodes, celles-ci, par la nature même de leur conception, font toujours consommer plus de matériaux. Leurs domaines d’application sont généralement plus étroits que celles des méthodes de base figurant dans les normes.